Arctic Monkeys – The Car

Arctic Monkeys est de retour avec son septième album : The Car. Le petit nouveau des anglais est disponible depuis le 21 octobre, via Domino Records.

On attaque ce nouvel album avec There’s Better Be A Mirrorball. Un titre très chill, tout doux et avec une introduction assez longue, nous permettant de nous mettre dans le bain. On va jouer avec les différents instruments, créant de nombreuses ambiances. Il y a ce petit côté qui donne envie de se dandiner et de se prendre au jeu. Un morceau qui prend son temps, avec un chant qui semble presque être un murmure par passage. Une entrée tout en douceur avec un titre charmeur. On continue dans cet état d’esprit très chill avec I Ain’t Quite Where I Thing I Am. Le groupe nous propose même quelques passages assez expérimentaux sympathiques et surprenants. On est sur une ambiance un peu moins entraînantes et avec des passages vraiment planants. Un titre qui se dévoile au fur et à mesure des écoutes, peuplé de petits détails et de jeu entre profondeur et niveaux. C’est Sculptures Of Anything Goes qui prend la suite, avec une ambiance qui semble plus sombre et grave. L’introduction joue sur plusieurs sonorités avant de partir sur un côté qui n’est pas sans rappeler les anciens morceaux. La voix est mise en avant comme jamais et elle est totalement captivante. Arctic Monkeys nous transporte ici alors que le morceau reste, sur sa forme, assez simple : peu d’instruments et ces dernier restent discrets. L’ensemble monte petit à petit jusqu’à découvrir des touches électro qui vont un peu casser la dynamique lente du titre. 

« But it’s always worth half a blast
You know the face, but you can’t see past
The disco strobes in the stumbling blocks
Wait, there’s the other island now »

Jet Skis on the Moat est le titre que j’apprécie le moins et cela depuis ma première écoute, je serais donc bref. L’ambiance me semble terriblement lente et j’ai vraiment eu du mal avec cette dernière. Il y a quelques bons effets à la guitare mais le tout manque vraiment d’énergie… On va donc passer à Body Paint et ses sonorités claires qui changent de ce que l’on a déjà vu. Il s’agit du morceau qui m’a le plus impressionné au niveau des instruments qui semblent si nombreux ! On note surtout l’apparition de violon, qui donne directement une autre dimension, beaucoup plus douce mais aussi plus lente. On remarque une petite accélération bienvenue au milieu du morceau. Quelques variations au niveau du chant aident à donner plus de contenance à cet ensemble, maîtrisé et tout est bien apporté. Arrive le tour du titre éponyme : The Car. Une introduction qui nous transporte dès les première note et que j’adore. Une montée progressivement, qui va vraiment faire durer la chose. Le chant reste un peu trop linéaire à mon goût, mais la beauté réside vraiment dans l’instrumentalité qui aurait mérité d’être un peu plus mise en avant ici. La dernière partie de ce titre est d’une beauté sans pareil et nous permet d’attaquer sereinement la dernière partie de l’album.

On continue avec la dernière partie de l’album. Big Ideas à ce petit côté mi-jazz / blues et presque soul, qui lui donne un cachet particulier et presque précieux, dans une ambiance toujours plus posée. Même si le morceau est prenant, on note très peu, voir aucunes variations et cela devient rapidement répétitif. Hello You est un petit peu plus rythmé (il était clairement temps) et ça change tout de suite la donne. Ce changement vient surtout des instruments, car le chant reste terriblement plat. Un morceau qui donne un peu plus de peps, avec un côté plus intimiste bien sympathique. On ne peut que noter la belle ouverture à la guitare acoustique de Mr Schwartz. Le chant est doux et on se rapproche dangereusement d’un murmure. Une nouvelle fois, le point fort réside dans les instruments qui vont faire monter tranquillement l’ensemble. Et on arrive à Perfect Sense qui pose une tout autre ambiance, le chant est plus captivant et appuyé, mais elle reste dans le même schéma que les précédentes…

Arctic Monkeys nous livre un nouvel album sympathique mais surtout cruellement plat et lent. Je m’attendais à retrouver ce côté pop rock hyper entraînant et non pas un album aussi froid.

Tracklist :

There’d Better Be a Mirrorball
I Ain’t Quite Where I Think I Am
Sculptures of Anything Goes
Jet Skis on the Moat
Body Paint
The Car
Big Ideas
Hello You
Mr Schwartz
Perfect Sense

Gloomy
Gloomy
Passionnée par le poulet curry, la pizza et de temps en temps la musique.

Latest articles

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here