Void of Vision – Chronicles 1 : Lust

Avec Chronicles 1 : Lust, Void of Vision change de façon de penser, notamment celle du chanteur Jack, et se tourne vers la volonté d’être un meilleur être humain, tout en s’inquiétant des problèmes qui touchent le monde autour. C’est parti pour une écoute très courte (11 minutes) de ce que les australiens nous réservent après la sortie d’Hyperdaze (Redux) en début d’année. Déjà disponible via UNFD.

Ohne Sicht nous propose une introduction qui mélange des éléments électro ainsi que le metalcore des australiens. On retient ce côté étrange, sans être angoissant et qui nous plonge parfaitement dans cet EP. Le titre s’étire et prend fin au début de Gothika, une belle transition entre ces deux morceaux. Traitant de la question de la rupture relationnelle, on reconnait très vite la patte de Void of Vision. Entre des riffs énervés et une batterie qui bombarde, il se passe toujours quelque chose et on ne trouve pas un instant de répit.

« It’s like walking on a broken mirror
I’ve seen my fate and it couldn’t be clearer »

Vampyr est assez similaire au titre précédent, mais on y trouve quelques moments plus calmes où le silence est juste troublé par une sonorité, avant de partir de plus belle. On y trouve pourtant des passages violents et la dernière minute est un concentré de ce qu’on aime chez le groupe. Entre les guitares saturées et le changement de rythme pour quelque chose de beaucoup plus lent, cette fin est prometteuse et saura faire son effet en live. Mais derrière ce titre au clip étrange, se cache un sujet fort et d’actualité : une déception, qui s’est transformé en dégoût face au comportement toxique, de l’industrie de la musique, face aux femmes. Ce court EP, se termine avec The Lonely People, le morceau le plus énergique et entraînant. Avec un chant qui sonne plus hardcore sur le refrain, des passages toujours aussi rapide et lourd, les australiens nous donnent un dernier aperçu de ce qu’ils font de mieux, avant de casser cette énergie avec une fin lente et le retour de notes électro, non sans rappeler celle de l’introduction.

« I put the greatest faith in fools and learnt on the ledge.
The greatest trick the devil ever pulled was convincing the world he didn’t exist. »

C’est sans surprises, que Chronicles 1 : Lust est un succès. Void of Vision nous livre des titres aux thèmes forts et à la musicalité violente. Cela ne s’arrête pas pendant onze minutes et on en redemande !

Tracklist :

Ohne Sicht
Gothika
Vampyr
The Lonely People

Gloomy
Gloomy
Passionnée par le poulet curry, la pizza et de temps en temps la musique.

Latest articles

Related articles

1 Comment

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here