[Live-Report]Motocultor 2015-Day 1 @Saint Nolff, France (14.08.2015)

Cette année et pour la première fois on débarque au Motocultor Festival en terre Bretonne, on va donc tâcher de vous présenter les groupes qu’on a pu voir et revoir pour certains sur ces 3 jours de festivité!

Le vendredi midi, nous devions commencer la journée avec Psykup au final c’est Nesseria qui ouvrira la journée sur la petite scène…On attend quand même les français mené par Julien et Mathieu en ne prêtant qu’une légère oreille à ce qu’il se passe à côté.

Psykup, il faisait longtemps que nous voulions voir ce groupe en live après vu Monsieur Cassarino sur scène avec Rufus Bellefleur récemment, il est temps pour nous de le découvrir à la guitare et dans un autre registre et sous la pluie bien sûr ( Ah la Bretagne ça vous gagne ) bref on découvre un Psykup en grande forme, la blague à la bouche à la moindre occasion, un public assez “foufou” et des titres comme on les aime “Love Is Dead” en est un exemple flagrant! Fin du set, l’heure de la pause déjeuner à sonné, comment ça 1h de queue pour acheter les tickets restaurations? Bon tant pis direction le set de Birds In Row!

Set-List Psykup :

  1. To Be (tray)…
  2. … or not to be
  3. Love Is Dead
  4. Rock N’ Roll Assistance
  5. Libido
  6. Do It Yourself
  7. Teacher
  8. Your Vision

Birds In Row c’est français ( Laval ) , signés chez Deathwish Inc. ( Converge, …) et comme tout un chacun pourrait en effet le penser ça sent le Chaotic Hardcore à plein nez, peu d’amateurs en France à croire que ce style musical est réservé à l’élite, en soit BIR c’est crade, haineux, ça joue fort ( peut-être un peu trop de basse…non il n’y en a jamais assez apparemment ) mais en soit ça joue bien et ça reste très carré, très peu d’interactions avec le public au final la prestation doit en être meilleure ( peut-être? )

Enchaînement soirée Hardcore nos oreilles seront fortement satisfaites notamment avec All Out War , avant Hatebreed dans l’ancienneté du milieu Hardcore, pas vraiment agréable on se sent un peu lassés avec tout les problèmes niveau restauration, camping et le reste du coup on ne pourra vraiment apprécier la performance du groupe à sa juste valeur surtout que juste à côté nos chouchous du Tremplin Headbang Contest se prépare à jouer et que ça promet

Heart Attack, on vous en a déjà parlé 2 fois auparavant mais croyez-nous sur parole, ce groupe de Trash Metal Groovy à souhait s’apprête à nous rafraîchir les esgourdes ( et au final on passera quasiment les 3 jours avec eux, sont gentils quand même ) , chez nous HA c’est une histoire d’Amour avec un grand A , alors qu’on est sensées attendre Rise Of The Northstar sur la petite scène, on profite de la moitié de leur set entre wall of death, circle-pit, “Stop Pretending” et leurs titres qu’on écoute depuis déjà quelques mois enflamment le pit avant la fin du set, on décale d’une scène pour préparer le “Samuraï Spirit”

Jusqu’au dernier moment, nous n’étions pas sûrs de voir Rise Of The Northstar au Motocultor, aux vues des nouvelles concernant l’état de santé de Vithia. Hors, l’homme débarque dès la fin de l’intro certes en béquilles mais avec le sourire aux lèvres et l’envie folle de se donner à fond , “Welcame” donne le ton d’entrée et le Furyo Style s’empare du public venu en masse pour le set des plus Japonais des Français, s’ensuit entre autres “Sound Of Wolves” , “Demonstrating my Saiya Style” pour finir par “Samuraï Spirit”, nous on finit sur les rotules et on s’octroie un peu de repos en regardant de loin le set de Solstafir

Set-List ROTN :

  1. What the Fuck
  2. Welcame (Furyo State of Mind)
  3. Bosozoku
  4. Bejita’s Revenge
  5. Sound of Wolves
  6. Dressed All in Black
  7. Again and Again
  8. Demonstrating My Saiya Style
  9. Authentic
  10. Samuraï Spirit

Enchaînement avec Aborted en sortant de Solstafir c’est quand même une autre paire de manche, du bon gros Brutal Death mâtiné Grindcore, la fosse se remplit de violence et exécutera un brillant circle-pit autour de la régie ( oui voir les festivaliers allongés sur l’herbe se lever en panique reste un très joli spectable ) pour la suite dans l’aventure, on se retrouve embarquée pour une interview avec Little Big avec notre comparse Luca de chez House Of Wolves donc on retrouvera la fosse pour un bref passage devant Finntroll qui ne sied guère à nos oreilles pour ce soir donc petite pause enfin

Enchaînement Sick Of It All/ Madball du Hardcore New-Yorkais comme on l’aime sauf que SOIA pitié arrêtez de venir cette année, ça fait 3 fois le même set en moins d’un an et puis bon sang ce que leur public a été détestable au Motoc bon finalement Eluveitie on évitera mais au VIP les langues se délient “le son est mauvais et la prestation du groupe n’est pas bonne” au final on ne rate à fortiori pas grand chose avant Madball…

Madball, une grande première pour nous, et on a plus que hâte de les voir sur scène après les avoir loupés un nombre de fois inimaginables en France ces dernières années, et c’est une dinguerie autant sur scène où Freddy Madball se donne à fond, ça pogote, ça moshe de tout les côtés jusqu’au final sur “HeavenHell” où après une performance énergique et très positive, Madball quittera la scène. On a vraiment qu’ils repassent en France pour un set plus long et en salle, Madball en live ce n’est que du bonheur!

Et maintenant si on finissait la soirée en discothèque? Le Motocultor se transforme en dancefloor géant pour accueillir les russes de Little Big, connus par l’émission Web “What The Cut?” animée par Antoine Daniel, le Metal et le Hardcore effectivement c’est fini pour ce soir, place à l’électro bonne enfant : “Dead Unicorn”, un DJ survolté, un chanteur et une chanteuse qui essayent de parler français entre chaque morceaux, “Russian Hooligans”, un clown bref ça saute dans tout les sens, ça donne la banane, les Metalleux ils aiment bien dis dont, on aurait pu ne pas le croire mais après 1h de set c’est sur le célèbre “Everyday I’m Drinking” que les Russes quitteront la scène et clôtureront donc le premier jour du fest!

Set-List Little Big :

  1. With Russia From Love
  2. We Will Push The Button
  3. Public Enemy
  4. Russian Hooligans
  5. Pump It
  6. Freedom
  7. Dead Unicorn
  8. What A Fucking Day
  9. My Way
  10. Life In Da Trash
  11. Everyday I’m Drinking

Merci à Karine pour l’invitation au Fest, à Luca pour ce premier jour et la rencontre avec Little Big et à tout les copains photographes pour les bons moments qui ne font que commencer!

Mary

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *