Dream State : Interview avec CJ Gilpin et Rhys Wilcox

 

Le 10 Mars dernier, juste avant le confinement, Garnet Angeldust s’est rendu au concert d’I Prevail et de Dream State au Trianon, où il a pu s’entretenir avec CJ Gilpin et Rhys Wilcox, respectivement chanteuse et guitariste de Dream State.

 

1-Salut ! Alors, comment ça va ? Comment se passe la tournée ?

CJ : Jusque-là, ça se passe vraiment super bien, même si certaines dates ont été annulées c’est incroyable. L’ambiance est géniale, on est vraiment très chanceux.
G : Annulé à cause du Coronavirus ?
CJ : Oui, c’est assez déprimant et ça craint que ce soit annulé, on vient juste d’apprendre qu’encore une date était annulée, ça a été confirmé… Donc bon…

 

2- C’est notre première interview ensemble même si nous parlons beaucoup de vous sur notre Webzine. Vous pouvez faire une petite présentation du groupe pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Rhys : Oui, bien sûr, on est un groupe de rock qui vient du Sud des Pays de Galles.

CJ : On s’appelle Dream State et on vient jouer et crier bien fort devant vous pour partager des bonnes vibes de rock !

 

 

3- Vous avez réalisé votre premier album, appelé Primrose Path, pouvez-vous nous en dire davantage ? Est-ce que c’était beaucoup de pression de sortir cet album après le succès de votre EP ?

CJ : Oui, c’était tellement, tellement de pression ! Ça a pris le temps qu’il fallait mais ça valait le coup. On avait beaucoup de pression et on s’est retrouvé incapables d’écrire librement à cause du stress qu’on ressentait vis-à-vis du succès de Recovery. Finalement, on a pris du recul pour surmonter ça et on a juste écrit de la façon dont ça nous inspirait.
Rhys : Je pense qu’on a juste essayé au mieux de ne pas trop se focaliser sur les attentes des gens et d’écrire seulement de la façon qui nous semblait juste.

 

G : C’est assez différent mais ça sonne toujours comme du Dream State.
CJ : Oui, on a gardé notre style. C’est important. On a gardé notre intensité. Mais en tant que musicien, c’est normal que notre vision change et évolue, il ne faut jamais rester exactement pareil. La vie est trop courte. On adore ce qu’on fait et ça ne nous dérange pas de changer un peu notre son, ça a un bon rendu donc c’était la bonne décision de prendre le risque, ça a marché pour nous et on le refera sûrement plus tard. Faire un peu comme Britney… (non je rigole !).

 

 

 

4- Quelle est votre chanson favorite sur l’album ?

CJ : Je pense que c’est ‘’Twenty Letters’’.
Rhys : Pour moi c’est probablement ‘’Out Of The Blue”.
CJ : Oui, elle est super aussi.

 

 

 

5- Rhys a un plus grand rôle sur cet album, il chante une partie de “Hand In Hand” et est le chanteur principal sur “Chapters”, c’était une bonne surprise ! Pouvez-vous nous en dire davantage par rapport à ce choix ? Aviez-vous peur de la réception de ces chansons ?

Rhys : J’avais vraiment peur parce que je savais à quel point l’identité du groupe était liée à la voix de CJ, donc il y avait pas mal de pression pour moi à mettre ma voix dessus. Mais à la fin de la journée, j’avais eu pas mal d’inspiration venant de l’instru de la musique, ça m’a amené plein d’idées et je savais où je voulais emmener cette chanson. D’ailleurs, CJ, je pense que tu avais quelques difficultés à voir où tu pouvais emmener la chanson ?
CJ : Je n’avais aucune idée de quoi faire avec cette chanson, j’étais un peu comme, « je ne sais pas du tout comment chanter cette chanson, elle n’est pas faite pour moi ! ». Donc Rhys a essayé et ça a marché.
Rhys : Oui ! Je pense que c’était genre, 2 nuits avant d’enregistrer les chansons et je venais de commencer à travailler dessus, sur les paroles et la façon de chanter. Tout a coulé naturellement et rapidement, je ne pense pas qu’on ait beaucoup débattu là-dessus, sur ce qu’on allait faire ou sur ce qui allait marcher. On a senti que ça mariait bien le caractère du groupe, et puis comme j’avais déjà introduit quelques mélodies dans la construction des chansons, chanté quelques vers par-ci par-là, ça ne semblait pas si éloigné de l’esprit du groupe en lui-même. Au final ça semblait être une bonne manière de garder notre style tout en introduisant quelque chose de nouveau en même temps.

 

 

G : Vous pensez que vous allez faire davantage de morceaux comme ça ?
CJ : Oui, c’était génial ! Pourquoi ne pas utiliser ça alors que c’est vraiment bon ? Tu étais né pour faire ça, Rhys, c’est magnifique.
Rhys : Merci du compliment.

 

 

 

 

6- C’est commun en tournée de trouver beaucoup d’alcool et même de la drogue. CJ, en tant qu’ex-addict, est-ce que c’est dur pour toi de rester éloignée de ça ?

CJ : Oui. Ça a été dur par le passé mais maintenant ça me semble un peu plus facile. Le groupe c’est tout ce qui me permet de vivre et si je replonge en tournée je vais probablement perdre ma voix, donc… Vis-à-vis de moi-même, je me sens plus heureuse, et des fois je replonge mais à chaque fois que j’en ressors je me sens toujours un peu plus forte, j’essaie de me rappeler ces moments… Non, ce n’est pas facile, c’est même très facile de retomber là-dedans parce que c’est absolument partout en tournée, mais le groupe et l’équipe sont vraiment cools, ils sont très respectueux. C’est notre métier et on doit savoir placer nos priorités d’abord. En fait c’est devenu assez facile parce que je suis bien entourée et soutenue, donc ça va ! Je ne peux pas dire que c’est terminé car on ne peut jamais prédire ce que l’on fera, je ne peux jamais prédire mes actes, mais pour le moment ça va, ça va vraiment bien.

 

 

 

 

7- J’ai une question à propos de “I Feel It Too”. Comment s’est déroulé l’écriture ? Le pont est magnifique, comment est venue cette idée ?

CJ : Ça vient de moi et c’était assez horrible à écrire. J’ai toujours envie de repousser les limites de notre musique et j’ai toujours envie de faire des choses que les gens ne peuvent pas prévoir. Je sais que pour pas mal de monde, c’étaient genre, mes pensées et mon esprit qui parlaient. Quand j’ai écrit la chanson je voulais parler dans ce passage. La musique est un art au même titre que la peinture, ça a une signification, on peut donner beaucoup d’interprétations à une même chose et pour moi c’est comme ça aussi que doit être la musique. Je voulais le parler parce que je sentais que c’était la bonne chose à faire, tu vois ? Je voulais dire comment je me sentais, j’avais besoin de poser ça ici. C’est comme parler à une ancienne version de moi-même en un sens, c’était censé être une chanson très personnelle. Je voulais toucher les gens qui écoutent et je pense que ça a marché.

 

 

 

8- Vous avez fait une reprise pour Song That Saved My Life, pouvez-vous en dire davantage ? C’était dur de gérer une reprise de “Crawling”? Également, avez-vous déjà eu des fans de Dream State disant que vos chansons avaient sauvé leur vie ?

CJ : Il y a une fille qui avait écrit ça sur une pancarte oui, c’est sur une photo, tu as dû la voir. Sinon pour la chanson, je m’y identifie beaucoup. Cela va sans dire que “Crawling” parle d’addiction, de dépression, d’anxiété. Ce n’était pas facile à chanter parce que je m’y identifie beaucoup, et ce n’est pas juste une chanson de quand j’étais jeune… C’est un groupe avec un chanteur, Chester, auquel j’ai eu l’impression de me connecter en tant que chanteuse. Je me souviens quand je rentrais à la maison après l’école, je les écoutais, je me suis laissée emportée dans la musique rock ou plus heavy, j’écoutais Linkin Park, je regardais leurs vidéos… J’étais genre « Oh, je me sens moins seule maintenant avec ce que je ressens. Donc si ce gars peut ressentir tout ça et pour autant créer tout ça, alors moi aussi je le peux et j’arriverai à aller bien ». Ce sont des choses qui ont besoin d’exister pour les gens, ils se sentent moins seuls et même si tout le monde peut traverser des moments assez durs, on n’est pas tous dans un milieu positif et aimant quand on est enfant. Donc on a besoin de cette forme d’expression, de cette musique et c’est une chanson qui m’a sauvé le cul plusieurs fois, c’est vraiment un bon morceau à écouter pour un adolescent.

 

 

9- Un petit concert en tête d’affiche était prévu le mois dernier mais il a été très vite annulé, pour annoncer cette tournée je pense. Est-ce que vous prévoyez une tournée Européenne avec vous en tête d’affiche plus tard ?

CJ : Aussi fort que nous voulions notre propre tournée, ces concerts-ci sont si énormes qu’ils vont être bien meilleurs pour aider au développement du groupe. Du coup, quand on aura une tournée en tête d’affiche, on aura beaucoup plus de monde à nous suivre si on organise ça après cette tournée. Donc la tournée de base était une idée de merde – Non, non je rigole évidemment, c’est juste que partir avec I Prevail était davantage ce que l’on avait envie de faire sur le moment. Il y a des projets pour une tournée en tête d’affiche, j’en suis sûre à 100%, rien d’encore confirmé mais voilà les raisons d’avoir préféré cette tournée. Mais on aura d’autres dates à venir plus tard. Par chance, il y a aussi beaucoup de fans de Dream State de présents aux concerts, pas seulement des fans d’I Prevail.
Rhys : C’est comme un épique croisement entre deux groupes. C’est vraiment bien pour nous et on a de la chance qu’ils comprennent. C’était un choix assez dur à faire, surtout entre notre management, les agents de tournée… On était là « on pense vraiment qu’on devrait faire cette tournée avec I Prevail parce que c’est énorme et on est chanceux ».
CJ : On aimerait bien aussi aller en Amérique jouer dans des petites salles, si le Coronavirus ne nous a pas tous tués. Ahah désolée, je fais des blagues terribles en interview, ça me rend nerveuse.

 

10- Pour conclure, il y a quelque chose que vous voudriez dire à vos fans ?

CJ : Ah putain, ouais, on vous aime ! Quand il y a des moments où j’ai envie de tout quitter, ils sont la raison pour laquelle je ne le fais pas. Quand j’ai envie d’arrêter à cause de ma santé mentale, parce que faire tout ça consomme bien trop d’énergie. Mais on les aime tellement, ils sont une partie de l’équipe. Donc continuez de nous écouter, partagez nos merdes, grandissons tous ensemble comme une grande famille et guérissons le cœur des gens !

 

 

Toutes les photos de cet article ont été prises par Garnet Angeldust.

Retranscrit et traduit par Margot Patry.

 

 

Margot Patry

En général, j'étudie les Sciences, mais des fois j'écoute de la musique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *