Uada – Djinn

Le mois dernier est sorti le troisième effort studio des américains de UadaDjinn“. Retour sur cet opus dont j’attendais beaucoup et qui m’a déçue.

Le premier titre est donc le titre éponyme, “Djinn” est donc un morceau très noir et happe complètement l’auditeur avec les hurlements de Jake Superchi (officiant également à la guitare).  Quand aux choeurs ils ajoutent un côté encore plus mystique au morceau.

Le titre suivant “The Great Mirage” comporte des sonorités assez épiques mais reste un morceau avec une ambiance très pesante comme Uada sait si bien les faire (et toujours avec un sens de la mélodie assez prononcé).

On arrive déjà à la moitié de cet album avec le troisième titre “No Place Here“. Ce morceau fait partie des plus longs de l’album avec pas moins de 13 minutes au compteur (13:41) donc amateurs de morceaux courts, passez votre chemin! Ce morceau présente des phases tantôt oppressantes (voir carrément angoissantes notamment le passage à 5:14 avec ce cri qui semble tout droit sorti d’outre tombe) ou alors plus mélodique voir mélancolique.

In The Absence Of Matter” est un titre qui revient à ce que le groupe pouvait proposer par le passé. Hurlements typiques du style Black Metal, alternance entre passages rapides et plus lents bref comme les morceaux précédents, je peine pourtant à accrocher aux morceaux de cet album et commence à trouver le temps très long (peut-être trop long même).

L’avant-dernier titre “Forestless” reste dans la même veine que son prédécesseur avec un début plus doux avant de finir par exploser avec ses guitares et son chant agressif.

Between Two Worlds” finit donc cet opus (et fini de m’achever par la même occasion avec ses presque 14 minutes).Une intro oppressante, des riffs aiguisés, des hurlements qui sortent d’outre-tombe et toujours des mélodies prenantes voilà la recette pour ce final quand au sample qui termine ce titre, il finit d’angoisser l’auditeur.

Appréciant le travail de Uada, je dois avouer avoir décroché de nombreuses fois à l’écoute de “Djinn” même si c’est globalement un bon album, la durée des titres m’a rebutée et au final je n’ai pas été convaincue du tout par ce disque. Même si le groupe continue à entretenir une noirceur qui lui est chère (où on pourrait presque distinguer un point de lumière), “Djinn” ne m’a définitivement pas convaincue. A recommander aux amateurs de Uada purs et durs et uniquement à ceux-là.

Tracklist :

01. Djinn
02. The Great Mirage
03. No Place Here
04. In the Absence of Matter
05. Forestless
06. Between Two Worlds

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *