TIMO TOLKKI’S AVALON – THE ENIGMA BIRTH

Tout d’abord, tout fan de Power Metal connaît forcément le nom de Timo Tolkki, à moins que vous débarquiez dans le métier. Comment ? Vous ne savez pas qui c’est ? Bon rectifions le tir tout de suite. Le nom de Stratovarius vous dit forcément quelque chose. Mais si. La chanson Black Diamond avec ce clavecin en intro. Ah bah voilà.

Donc depuis 2008 et après avoir légué tout son héritage de Stratovarius aux autres membres (il était dans le groupe depuis le début en 1985), celui-ci a enchaîné les projets (Revolution Renaissance, Symfonia, le 4e album d’Allen/Lande etc, 10 albums en comptant tout), et parmi eux il y en a un qui tient la route depuis 2013, Avalon, sorte d’opéra metal avec pléthores d’invités de marques (Russell Allen de Symphony X, Fabio Lione de Rhapsody, Elyze Ryd d’Amaranth… ) et produit entièrement par Frontiers.

 

Après 3 albums, dont le dernier Return To Eden datant de 2019 (le monsieur est très prolifique malgré sa bi-polarité diagnostiqué…) bien accueilli dans les médias, le nouveau rejeton The Enigma Birth sort en ce week end de solstice d’été, à l’artwork magnifique.

 

Dès le premier morceau, on rentre direct dans le ton et on reconnaît la patte Tolkki direct, morceau speed metal, digne des plus belles années de Strato, avec le youtubeur norvégien Pellek dont le panel vocal est hyper large (autrement dit, le monsieur monte très haut dans les aigus, je vous invite à aller mater ses covers en vidéo, c’est assez impressionnant), la prod est très soignée et le son excellent.

 

I Just Collapse voit la chanteuse chilienne Caterina Nix apparaître (rappelant un peu Sharon Den Alden de Within Temptation), un mid tempo très sympathique, tout comme le titre suivant Memories dans la même veine.

 

Master Of Hell sera un grand moment de plaisir de votre serviteur, car celui-ci voit apparaître l’étoile montante des chanteurs brésiliens Raphael Mendes, qui se fait connaître grâce aux internets et dont la voix rappelle un certain chanteur très connu outre-Manche (c’est presque bluffant) et qui pourrait être un version alternative de Eagleheart. Fabuleux. Beauty And War, qui vient plus tard dans l’album, toujours avec le même chanteur est du meme pédigrée.

 

Des sonorités modernes font surface sur le titre Beautiful Lie avec James Labrie du Théâtre De Rêve, bien heavy, de même que la suivante Truth avec Jake E, chanteur de Cyhra, très mélodique. La balade Another Day arrive, une pause bienfaitrice, chantée par Marina La Toracca, avec un solo magnifique dont seul Timo Tolkki a le secret.

 

S’enchaîne Dreaming (qui pourrait être clairement la suite de We Hold The Key de qui vous savez) avec un chanteur qui me tient à cœur : Fabio Lione. Une autre pièce maîtresse de l’album.
The Fire And The Sinner voir Brittney Hayes, chanteuse des canadiens de Unleash The Archers rentrer en scène sur une autre balade, très épique, émotionnelle et harmonisée avec Jake E.
Without Fear avec Fabio Lione finit l’album en beauté sur un titre speed, avec brio, mon morceau préféré de l’album, qui rappelle un peu No Turning Back des finlandais.

 

On peut conclure que cette mouture 2021 tient bien la route et que Timo Tolkki est loin d’avoir tout dit et a encore beaucoup à composer en matière de Power Metal, pour notre plus grand bonheur.

 

Romain Reaper

 

Tracklist :

1/ Enigma Birth

2/ I Just Collapse

3/ Memories

4/ Master Of Hell

5/ Beautiful Lie

6/ Truth

7/ Another Day

8/ Beauty And War

9/ Dreaming

10/ The Fire And The Sinner

11/ Time

12/ Without Fear

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *