Yungblud : Weird!

Le deuxième album du phénomène anglais Yungblud intitulé Weird! sortira ce vendredi via Polydor.

Teresa est le titre qui ouvre l’album. Un premier couplet acoustique et lent avant d’enchaîner sur le côté Punk-Rock reconnaissable de Yungblud. Un bon morceau pour ouvrir Weird! et pour prouver l’étendue des capacités vocales de l’artiste mais aussi son talent pour nous emmener d’une émotion pure à une envie de faire la fête. Yungblud évolue dans un style un peu différent du Punk-Rock auquel il a habitué les fans!

Cotton Candy et Strawberry Lipstick ont été dans les premiers titres dévoilés de cet album. Ce sont des morceaux très dansants qui restent bien ancrés dans la tête. Ils montrent parfaitement la dualité exprimée par Yungblud à savoir ce côté très Pop mais tout en gardant un côté très Punk dans les influences. L’artiste n’appartient à aucune étiquette musicale et ne se revendique pas dans un style particulier ce qui est très intelligent de sa part. Il ne fait ni du Punk, ni de la Pop, ni du Pop-Punk ou encore du Punk-Rock. A croire que son but est de supprimer toutes les étiquettes possibles!

Cotton Candy évoque un sujet à priori sensible chez les fans de Yungblud à savoir la liberté sexuelle. L’artiste a d’ailleurs déclaré que ce morceau était important pour lui, parce qu’il lui permettait de dire à ses fans qu’il était normal d’être qui ils sont et qu’ils ont le droit d’aimer inconditionnellement qui ils le souhaitent et d’être aimés en retour.

Mars est le nouveau single extrait de Weird! sorti il y’a peine quelques jours. Une chanson très émouvante qui raconte l’histoire d’une jeune fan transexuelle de l’artiste qui n’a malheureusement pas été acceptée par ses parents. Ce morceau est une prise de parole qui concerne une prise de position contre l’homophobie, mais également la transphobie et la défense de la communauté LGBTQIA+.

Yungblud a d’ailleurs parlé de ce titre à sa sortie : “MARS OUT NOW ! J’ai adoré réaliser cette vidéo car elle nous concerne tous. de l’inégalité raciale à l’oppression contre la communauté lgbtqia+ en passant par la transphobie, le déni du changement climatique et au-delà. nous, notre génération, allons être ceux qui vont le changer. y a-t-il une vie sur mars ? oui, nous sommes la vie, nous sommes ici et nous respirons“.

Lovesong arrive juste après. Cette chanson tire encore sur la corde sensible des fans, c’est une belle chanson où la voix de Dom est exploitée à son maximum. J’avoue avoir encore une boule dans la gorge à chaque écoute tant cette chanson me parle et parlera à beaucoup de weirdos (le nom que donne Yungblud à ses fans). Lovesong montre une certaine vulnérabilité et aborde le fait que nous ne savons pas forcément comment être des partenaires parfaits et que nous ne savons pas forcément comment agir ou quoi faire dans les relations amoureuses. Les fans apprécieront le fait de savoir qu’un artiste qu’ils admirent ait pu ressentir la même chose qu’eux dans son passé ou même dans son présent.

Arrive mon (probablement) morceau préféré sur cet album à savoir le single god save me, but don’t drown me out. Ce titre complète à merveille Lovesong et prend tout autant aux tripes. Nous avons souvent l’impression que nos insécurités sont ce que les gens remarquent le plus chez nous, alors qu’en général, les gens s’en foutent. Les insécurités sont normales, mais nous devons arrêter de les laisser nous définir et apprendre à les aimer et c’est ce que ce morceau dit :

And I won’t let my insecurities
Define who I am, I am

Ce titre donnera probablement confiance à toutes catégorie de personnes qui l’écoute que ce soit les jeunes, les plus âgés (ou même ceux qui ne se retrouvent pas forcément dans le style musical de Yungblud qui reste quand même relativement accessible). Arrêtons donc de laisser nos insécurités nous définir et ne gaspillons pas nos vies!

Ice-Cream Man est le morceau suivant est une chanson plus légère, plus amusante que les précédentes. Elle n’a pas de message particulier à faire passer à croire que c’est juste un titre pour faire la fête, danser et chanter avec ses amis. Un morceau comme ça ne fait jamais de mal après une dose d’émotions. J’aime beaucoup le style Brit-Pop de Ice-Cream Man d’ailleurs qui change un peu du reste de l’album.

Weird! est le premier single de l’album a être sorti. Ce titre décrit parfaitement bien l’année 2020 (et il est en plus sorti en pleine première période de quarantaine). Il reste dans la veine de Ice-Cream Man un titre assez dansant qui à coup sûr enflammera les fosses en live ou même les pistes de danse en soirée (en respectant les gestes barrières, la distanciation sociale…c’est pas très fun mais bon)

Come hold my hand, hold it tight – in this weird time of life

Charity est probablement la chanson la plus étrange de l’album même si elle comporte beaucoup d’humour dans ses paroles. C’est un morceau très Pop qui s’intercale parfaitement entre tout les autres titres qui eux possèdent un côté plus Punk. Le récit entre les couplets est très étrange et inattendu même pour un morceau aussi cool! Le morceau possède des côtés très Rock, puis Pop, le switch entre les deux genres permet d’obtenir un réel sentiment de cohésion qui lie très bien l’ensemble.

Acting Like That est le seul featuring de l’album et c’est sans surprise qu’on retrouve…Machine Gun Kelly! Le duo est quasi inséparable depuis leur premier feat sur I Think I’m Okay sur l’album Hotel Diablo de MGK. Le morceau commence donc par un couplet/refrain chanté par MGK, un couplet assez posé avant d’enchaîner sur un refrain fait littéralement pour danser avant de retrouver Dom sur le deuxième couplet. Une bonne surprise notamment en ce qui concerne le mariage des deux voix différentes mais en même temps si complémentaires sur le deuxième refrain.

L’avant-dernier titre est it’s quiet in beverly hills. Ce morceau parle du fait d’évoluer difficilement dans le milieu des requins qu’est Hollywood. Le texte aborde les pressions sociétales à Los Angeles et de la nécessité (pour certains) d’acheter des “followers” mais aussi d’être quelqu’un que l’on n’est pas et de faire tout ce qu’il faut pour rester pertinent dans la culture en ligne qui évolue rapidement aujourd’hui… On pense notamment ici aux influenceurs et au fait de devoir toujours rester pertinents ce qui peut nuire à la santé mentale de ces personnes, notamment dans leur façon si nécessaire de tout afficher , elles souffrent souvent de dépendances et ces métiers ne sont facile pour personne. Les paroles font clairement référence au fait que les gens aimeront cette personne jusqu’à sa mort puis passeront à quelqu’un d’autre sans souci aucun (triste réalité) :

I love you all of my life, until you close your eyes for good

Le dernier titre est the freak show. Un morceau très “Powerful” que les fans s’approprieront sans soucis aucun! Cette chanson dit clairement “Nous sommes tous des monstres, alors bienvenue au Freak Show”. Les personnes alternatives sont souvent vues comme des monstres par beaucoup (au final tout le monde est le monstre de quelqu’un d’autre mais j’ai envie de prendre ce morceau dans ma vision personnelle). Les monstres évoqués dans cette chanson sont évoqués de manière positive et c’est exactement ce que ces gens ont besoin d’entendre, c’est donc un morceau nécessaire (comme beaucoup sur cet album au final). the freak show démontre encore une fois tout le talent vocal de Yungblud. C’est une chanson résolument Punk, le ton presque rugueux de la voix du chanteur sur un côté plus Punk arrivera à se changer en une voix beaucoup plus douce ce qui apporte à ce titre une dimension très particulière.

Le jeune artiste nous livre ici un album qui fera passer l’auditeur par toutes sortes d’émotions (autant la joie que la peine), un album personnel où l’on a l’impression de tourner les pages du journal intime de Yungblud et qu’il me tarde de découvrir en live même si son livestream a pu déjà donné un aperçu de bon nombre de titres version live.Un sévère candidat au titre d’album de l’année!

Tracklist :

“Teresa”

“Cotton Candy”

“Strawberry Lipstick”

“Mars”

“Superdeadfriends”

“Love Song”

“God Save Me, But Don’t Drown Me Out”

“Ice Cream Man”

“Weird!”

“Charity”

“Acting Like That” (feat Machine Gun Kelly)

“It’s Quiet in Beverly Hills”

“The Freak Show”

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *