WIZARDTHRONE – HYPERCUBE NECRODIMENSIONS

Et ben, en voilà un projet de plus. On savait Christopher Bowes, le clavieriste/chanteur de Alestorm, très productif, le monsieur ayant mené pas mal de groupes, notamment Gloryhammer en Power Metal ou His Plate Of Beans en Grindcore. Mais cette fois ci, c’est plutôt dans le Black Metal Symphonique à tendance Death Mélodique agrémenté de touches Power Metal traitant de la Science Fiction à l’esprit cosmique Lovecraftien que le monsieur lance sa conquête. Et que dire de l’artwork, dans les tons verts montrant un cube bizarroïde flottant sur une planète sombre et en désolation, magnifique.

 

Accompagné d’un Line Up de folie avec Chris Bowes aux claviers, s’ajoutent le chanteur/bassiste de Aether Realm, le batteur de Nekrogoblikon et le guitariste de Gloryhammer, on se dit que tout ce beau monde réunit promet quelque chose de l’ordre du génie ou, au contraire, une purge. Que nenni.

 

Dès le premier morceau, Black Hole Quantum Thermodynamics, c’est le côté grandiloquent et très bien foutu qui nous explose aux oreilles, blindé de mélodies et de blast beats .
La prod est hyper propre, le mix est parfait (ces claviers en fond sont fantastiques) bref ça promet du lourd pour la suite, rappelant un peu Wintersun à certains moments aussi.

 

Frozen Winds Of Thyraxia, avec son blast beat, ses riffs en tremolo pick, ses claviers ultra cheesy et ses chœurs fait clairement penser à Bal Sagoth, autre groupe black sympho anglais, ultra méconnu et sous estimé mais tellement emblématique.

 

Incantation Of The Red Order lorgne cette fois ci de Alestorm, les mélodies pirates de Chris Bowes refont surfaces, avec ses mid-tempos ravageurs qu’on redemande encore et encore. Il en est de même pour Forbidden Equations Deep Within The Epimethean Wasteland, aux fortes connotations melodeath finlandaises.

 

The Coalescence Of Nine Stars In The System Once Known As Markarian-231 est un mid tempo de folie aux accélérations rapides et un breakdown qui fait mal suivi d’un solo ultime et une ligne mélodique merveilleuse. Of Tesseractual Gateways And The Grand Duplicity Of Xhul est quant à lui, bien plus rapide, le black metal reprenant les devants et rappelle les Dimmu Borgir à la fin des années 2000, avec ces riffs et ces rythmes particuliers.

 

On arrive sur le morceau préféré de votre serviteur, 2:52 au compteur, Hypercube Necrodimensions, qui pourrait être un hommage au groupe Children Of Bodom, période Something Wild, avec ces battles guitare/clavier et ces nappes en arrière plan, on en a presque les larmes aux yeux.

 

On finit sur la grosse pièce maîtresse de l’album qui compte 13 minutes, Beyond The Wizardthrone, avec une intro symphonique digne des films d’horreur. Une longue chevauchée épique, alternant passages endiablés et périodes calmes et envoûtantes, une sorte de synthèse de tout les chansons précédentes.

 

Pour conclure, on pouvait avoir des doutes sur un tel album mais il n’en est rien, Hypercube Necrodimensions fera parti du top de l’année. Reste à voir si le groupe pourra jouer live car réunir tout ce beau monde serait un exploit mais il faut y croire.

 

Romain Reaper

 

Tracklist :

1/Black Hole Quantum Thermodynamics

2/Frozen Winds Of Thyraxia

3/Incantation Of The Red Order

4/ Forbidden Equations Deep Within The Epimethean Wasteland

5/ The Coalescence Of Nine Stars In The System Once Known As Markarian-231

6/ Of Tesseractual Gateways And The Grand Duplicity Of Xhul

7/ Hypercube Necrodimensions

8/ Beyond The Wizardthrone

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *