Within The Ruins : Black Heart

Il y’a quelques années, j’étais clairement amatrice du genre musical que proposait Within The Ruins. Après quelques années sans avoir écouté, il est temps de plonger dans leur nouvel album Black Heart sorti via Entertainment One il y’a une dizaine de jours.

C’est déjà le sixième album du groupe qui a subi un changement de line-up il y’a déjà quelques temps puisqu’il ne reste que les fondateurs du groupe Kevin McGuill (batterie) et Joe Cocchi (guitare), sur cet album on découvre donc un nouveau chanteur Steve Tinnon (ancien Silence The Messenger) et un nouveau bassiste, Paolo Galang (également ancien membre de Silence The Messenger).

Le premier impact est le titre Domination, un morceau bourrée d’influences tirées du Metal Progressif. Une voix claire viendra en parfait contraste du scream sur le refrain. Ce chant clair me perturbe un peu dans un morceau aussi hargneux. Les parties techniques sont très bien exécutées, on sent que les musiciens tentent de montrer le meilleur d’eux-même et c’est réussi!

Sur Black Heart, la guitare lead est principalement mise en avant mais sans jamais laisser les autres instruments sur le carreau notamment une batterie qui martèle un rythme d’enfer et sur laquelle les headbangs seront bien présents en live. La voix claire est toujours présente mais cette fois-ci elle est mieux placée que sur le titre d’ouverture.

Eighty Sixed est un titre purement instrumental, un morceau toujours furieux dans sa composition qui se laisse écouter malgré l’absence de voix mais permet aux amateurs de ce genre de prêter une oreille plus attentive à chaque instrument.

Sur Devil In Me, Steve Tinnon montre l’étendue de ses capacités vocales sur un titre très lourd. D’ailleurs, ce morceau permettra d’ouvrir le pit dans la fosse à coup sûr. C’est clairement la voix qui est mise en avant sur Devil In Me autant les hurlements que le chant clair d’ailleurs, rien n’est laissé au hasard.

Le morceau Outsider paraîtrait presque plus calme mais il n’en est rien. Les hurlements sont bien présents, le morceau est agressif à souhait bref “Calme” n’est pas un mot présent dans le vocabulaire de Within The Ruins.

Ataxia V clotûre l’album. C’est un deuxième titre instrumental qu’on retrouve ici et comme d’habitude on retrouve un morceau très technique et rapide (malgré sa durée qui dépasse les six minutes) qui montre tout le savoir-faire des musiciens de la formation.

Within The Ruins ouvre son coeur noir et propose ici un bel album technique à souhait qui plaira aux fans autant de morceaux instrumentaux qu’à ceux de morceaux plus généraux. Black Heart fera à coup sûr mouche en live et devrait retourner une fosse en un rien de temps.Le groupe est au top de sa forme et n’innove peut-être pas forcément mais garde une recette efficace.

Tracklist :

01. Domination

02. Deliverance

03. Black Heart

04. Open Wounds

05. Eighty Sixed

06. Devil In Me

07. Hollow

08. Outsider

09. RCKLSS

10. Ataxia V

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *