The Breathing Process : Labyrinthian

Le quatrième album du groupe américain The Breathing Process intitulé Labyrinthian sortira ce vendredi via Unique Leader Records, premier album pour la formation de Blackened Deathcore sur ce label!

Terminal est une première mise en bouche pour découvrir ce groupe, c’est un véritable melting-pot d’influences Death Metal et de Black bien sûr le tout entrecoupés de Breaks sauvages. Shadow Self est un des singles de Labyrinthian, l’auditeur prendra ici plaisir à découvrir les sonorités un peu plus épiques du groupe avec le clavier qui poussera après le vocaliste Chris Rabideau dans ses retranchements sur un chant Deathcore enragé. Les influences plus symphoniques de The Breathing Process se font à nouveau entendre sur le titre A Savage Plea. Beaucoup de groupes ont essayé de se pencher vers plus d’orchestrations souvent sans succès mais pas The Breathing Process, leur passé Metalcore a peut-être de beaux restes concernant les mélodies. Quand au single Wilt on retrouve ici le premier featuring de l’album avec David Simonich (Signs Of The Swarm) et ce n’est ni plus ni moins qu’une vraie leçon de chant extrême à laquelle on assiste ici. Labyrinthian est le titre qui donne son nom à ce nouvel opus et c’est également sur ce morceau qu’apparaît le dernier guest à savoir Jamie Graham du groupe Viscera. Pour la première fois sur ce nouvel album, on entend d’ailleurs du chant clair ce qui en dérangera sûrement certains mais qui s’accommode ici parfaitement au style du morceau.

I Sleep, I Wake est le morceau le plus long de l’album (07:05 minutes) avec un début très Black Metal au niveau instrumental auquel se greffe rapidement des sonorités plus Death Metal et bien sûr toujours le clavier assez omniprésent. Sur ce morceau, on peut également relever la polyvalence du vocaliste qui passe d’un scream Metalcore à quelque chose de plus Deathcore en un claquement de doigts. Heir To None et le single Shroud restent dans la même veine avant le retour des symphonies à faire froid dans le dos et du côté plus Black Metal de la formation sur l’avant-dernier morceau, Atlas. We, The Drowned vient clôturer l’album qui rejoint I Sleep, I Wake niveau durée, une ultime démonstration de ce que sait faire The Breathing Process sur un morceau mélangeant tout autant le Blackened Deathcore que le côté plus symphonique apporté par les parties de clavier.

Ce nouvel album de The Breathing Process n’est probablement pas l’album de l’année mais reste une bonne première approche quand on découvre le groupe. A écouter si vous êtes adeptes de Deathcore, de Black Metal ou même de Metal symphonique (si vous aimez la brutalité en plus bien sûr).

 

Tracklist :

01. Terminal
02. Shadow Self
03. Wilt (avec David Simonich)
04. A Savage Plea
05. Labyrinthian (avec Jamie Graham)
06. I Sleep, I Wake
07. Heir to None
08. Shroud
09. Atlas
10. We, The Drowned

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *