Slipknot + Behemoth – Rockhal – 1 février 2020

Direction le Luxembourg ce soir pour une date qui a affiché complet en pas moins de trois minutes : Slipknot et Behemoth. L’attente est longue et froide pour entrer dans la salle, qui va se remplir à une vitesse éclair. Le drapeau de scène de Behemoth est déjà là pour accueillir le public, ainsi que deux écrans géants, qui vont retransmettre le show de Slipknot, et qui passera de nombreuses vidéos sur le groupe en attendant (autant dire que l’envie de faire leur croisière et d’acheter leur whisky est grande quand on a vu ces vidéos pendant plusieurs heures !).

Behemoth lance sa vidéo d’introduction, remplie de choses en rapport avec leur dernier album, leur logo et une bonne dose de croix à l’envers. L’arrivée des membres fait grand bruit dans la fosse, mais tant que Nergal n’est pas arrivé, nous n’avons rien entendu encore. Affublé d’un masque d’un noir d’encre, il arrive près à nous en mettre pleins les yeux et les oreilles. L’ambiance se réchauffe rapidement, même si la fosse reste très calme, tous captivé par ce qui se déroule devant eux. Les jeux de lumières, la fumée, la présence des membres est quelque chose à voir, même si je n’accroche toujours pas plus que cela à leur chansons. Au contraire d’un bon nombre de personnes autour de moi, reprenant les paroles par cœur. Le set d’une bonne heure prend fin sous les tambours du groupe, une bonne façon de clôturer cette messe noire.

L’attente va être longue jusqu’à l’arrivée du groupe phare. La fosse se resserre et cela devient compliqué de bouger, un avant goût de ce qui va nous attendre pour les une heure trente de show. L’heure fatidique arrive, une chanson d’AC/DC passe et là… levé de rideau. Sauf que l’introduction ne se lance pas, léger problème de synchronisation, qui sera vite oublié. Les membres arrivent et commence avec Unsainted, qui retourne la fosse en quelques secondes à peine, chacun essayant de s’enfuir ou de trouver un endroit à peu près safe.

La setlist pioche dans des très bons titres du dernier opus, comme Nero Forte ou encore Critical Darling, sans oublier ses prédécesseurs de quoi ravir le plus grand nombre de fans. Corey Taylor et sa bande sont en forme et semblent très heureux de cette tournée européenne, même si ce soir ils jouent dans une des plus petites salles (on parle ici de 6000 personnes environ, comparé à une date à Paris où on tourne autour des 20 000). Chacun est dans son rôle, Tortilla Man allant souvent voir le Clown ; Sid se baladant dans toute la scène avec son masque déroutant (et me faisant presque faire des cauchemars).

Les concerts de Slipknot restent toujours exceptionnel, tant par la violence de la fosse, la violence des paroles et de l’instrumental. Les chansons sont reprises par cœur, le groupe acclamait à un nombre incroyable de reprises, ils ont su conquérir nos cœurs et nous prouvent qu’ils sont de véritable monstres en live, de par leur personnes et de leur aura. Encore une fois, je n’ai pas été déçue du tout par cette performance et j’ai hâte de les retrouver en Allemagne, cet été !

Gloomy

Totalement dingue de metalcore, de pizza et de Red Bull.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *