Shadow of Intent – Elegy

En ce début d’année, Shadow of Intent dévoilent leur quatrième album : Elegy. Disponible depuis le 14 janvier chez Blood Blast Distribution.

On ouvre Elegy avec Farewell, nous plongeant directement dans une ambiance sinistre. Cette ambiance est renforcée par les rugissements démoniaques que nous livre Deurr dès le premier couplet. Alors que le refrain nous transporte ailleurs grâce au solo de guitare, le tout premier breakdown attend sagement et c’est sans surprise, que le titre prend un tournant plus lourd et brutal. Une première approche très prometteuse pour ce nouvel album. Saurian King calme le jeu avec un riff apaisant mais de courte durée. Des éléments symphoniques prennent place doucement, en adéquation avec une sorte de tension qui grandit tout du long des cinq minutes et quelque que dure le morceau. Ici, les américains montrent leur technicité, tout en alternant avec des parties bien sombres et des mélodies envoutantes. Le prochain morceau, The Coming Fire, est simple et surtout efficace. La présence d’un violon se mélange parfaitement dans la rapidité et la brutalité du titre.

“The time has come.
The world shall bleed, and into inferno we’ll go”

On continue avec l’un des titres promotionnels : Of Fury. Tout en conservant leur style blackened deathcore, on y découvre des petites touches plus groovy. Toujours aussi brutal, on note l’attention accordé à la rythmique et à la volonté de garder un certain équilibre tout du long. Accrocheur, profond, c’est une transition sympathique vers le reste de l’album. Intensified Genocide est dans la même veine que The Coming Fire, c’est le résumé parfait de ce qu’on attend du groupe : des riffs sombres, une batterie spectaculaire et des breakdown à la chaîne. On est sur quelque chose de totalement axé deathcore classique. Life of Exile calme un peu les choses et signe la moitié de l’album. Ici, Shadow of Intent accentue les mélodies et on va même retrouver, surprise, du chant clair. Un morceau globalement plus doux et qui arrive à se faire une place au milieu de la violence apporté par les autres.

Where Millions Have Come to Die signe le premier featuring avec Phil Bozeman (Whitechapel). Un titre totalement hors de contrôle et au rythme tout simplement impressionnant. Phil Bozeman y trouve facilement sa place et c’est l’opportunité parfaite pour lui de renouer avec l’ancien style de son groupe, Whitechapel. Un featuring comme on les aimes ! C’est avec From Ruin… We Rise que l’on retrouve le côté un peu sinistre du premier titre. Ici, cela se transforme vite en riff et la batterie, explosive, suis derrière. Alors que les instruments ralentissent, à nouveau, c’est le chant qui se lance. On est sur un refrain tout en profondeur, alternant entre haut et bas, toujours dans l’extrême comme le groupe sait bien le faire. C’est avec Blood in the Sands of Time que l’on découvre le second featuring de Elegy. Place à Chuck Billy du groupe Testament ! On peut voir ce titre comme un hommage à tous ces groupes qui ont fait évoluer le genre, car ici c’est l’ancien qui rencontre le nouveau. A nouveau, il y en a pour tous les goûts, entre passage aigus, très symphonique et des passages graves, digne des Enfers. On identifie vite les deux timbres de chants, celui de Chuck Billy restant sur quelque chose de plus trash et qui arrive malgré tout à très bien se fondre dans l’ambiance.

“Skies wail as rockets are hurling
Falling down to earth screaming and bursting”

Reconquest se démarqué par sa technicité mais aussi car il n’y a pas de chant. L’occasion de faire une petite pause, bien méritée, avant d’attaquer avec les trois morceaux finaux. On reste sur le même schéma avec Elegy I : Adapt, toujours pas de chant, une guitare et une basse mise en avant. Les choses s’accélèrent et c’est au moment d’Elegy II : Devise que tout explose. Le chant est bien de retour et va même nous surprendre avec du clean au moment du refrain, mais les hurlements de Deurr ne sont jamais bien loin. On revient régulièrement à des moments un peu plus calmes avant de se diriger vers le dernier titre. Elegy III : Overcome est le morceau le plus long (6 minutes), on y retrouve quelques petites touches groove-metal intéressantes avant de repartir sur du deathcore, bien violent comme on aime. Ici, on combine les différents effets et textures que Shadow of Intent à insufler dans son album et on est totalement captivé par le résultat.

Avec Elegy, Shadow of Intent nous offre un album long, de plus d’une heure ce qui reste assez rare actuellement. Il peut plaire à de nombreux publics de fans par sa diversité des genres et le mélange qu’ils en font. Un album remplit de violence, de lourdeur, de breakdown et autre blastbeat posés à côté de segments orchestraux captivants.

Tracklist : 

Farewell
Saurian King
The Coming Fire
Of Fury
Intensified Genocide
Life of Exile
Where Millions Have Come To Die
From Ruin… We Rise
Blood In The Sand Of Time
Reconquest
Elegy I : Adapt
Elegy II : Devise
Elegy III : Overcome

Gloomy

Passionnée par le poulet curry, la pizza et de temps en temps la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *