Naraka : In Tenebris

Le premier album du groupe de Metal français, Naraka, est sorti vendredi dernier via Blood Blast et il s’intitule In Tenebris. Pour les connaisseurs, on retrouve Jean-Philippe Porteux (ancien Chabtan) à la guitare et Franky Costanza (ancien Dagoba et actuel membre des Tambours Du Bronx et Blazing War Machine). Le mix et le mastering de In Tenebris ont été confiés à Logan Mader quand à l’artwork c’est Seth Siro Anton qu’on connaît bien en tant que chanteur/guitariste de SepticFlesh qui s’en est chargé.

In Tenebris est également le nom de l’introduction de l’album, un début assez calme avec des orchestrations qui annonce forcément toujours le chaos derrière! Et ça commence plutôt très fort avec le single Cursed, ici les fans de batterie reconnaîtront sans aucun souci la frappe de Franky Costanza et les amateurs de Death Metal apprécieront les vocalises de Théodore Rondeau. Un premier titre qui pose les bases du style musical proposé par la formation. Le deuxième titre n’est autre qu’un autre single à savoir The Black qui frappe tout aussi fort que le premier, c’est sombre, atmosphérique et lourd tout ce que j’aime personnellement! Le premier featuring de l’album est sur le morceau suivant Of Blood And Tears et c’est avec la chanteuse soprano du groupe de Death Metal Italien, Fleshgod Apocalypse : Veronica Bordachinni. La dualité des deux voix est ici un très bel atout et apporte une autre dimension du côté plus symphonique du morceau en gros prenez Nightwish époque Tarja et assombrissez-le et vous aurez Of Blood And Tears! On arrive déjà à la moitié de l’album avec Dream And Wait, un morceau très classique avec toujours des harmonies incroyables (un peu à la SepticFlesh), ce titre est probablement un peu en dessous des précédents même si sur celui-ci j’ai trouvé le travail des guitares bien plus mis en avant ce qui est plutôt un bon point.

Suit Antra Daemonium un interlude instrumental que n’aurait pas renié Cradle Of Filth, par exemple notamment au niveau des chœurs avant Darkbringer avec sa partie de batterie totalement démoniaque et toujours ce côté symphonique très présent, la finesse mélangée à la violence, Naraka a très bien compris comment doser ces deux éléments sans tomber dans le trop ou le trop peu notamment sur ce morceau sombre à souhait évoluant entre le Death Metal et le Goth. Je parlais de COF plus haut et bien on retrouve sur Mother Of Shadows leur ancienne chanteuse Lindsay Schoolcraft (membre maintenant de Antiqva), sur ce featuring on a une dualité encore plus présente entre les deux chants, le chant de Lindsay paraît triste voir fragile (mais la chanteuse est bien plus présente sur son duo que sa consœur ce qui n’est pas pour me déplaire étant fan de Lindsay) et la voix de Rondeau est ici forte et assurée! Mother Of Shadows est d’ailleurs probablement mon morceau préféré sur ce premier opus notamment pour le passage à 5:38 avec les vocalises de la chanteuse et les chuchotements de Rondeau qui sont incroyables et qui amplifient le côté Gothique. The Great Darkness c’est le dernier shot d’adrénaline de l’album qui fera littéralement headbanger toute la fosse en concert avant de conclure sur un outro instrumental au piano de toute beauté Compendium Maleficarum.

Naraka livre ici un premier album de très bonne facture pour tout les amateurs de Death Metal Symphonique avec une touche Gothique, le groupe montre aussi qu’il sait s’entourer avec des invitées de marque qui apporte littéralement quelque chose dans les titres proposés. Une formation française à retrouver sur la route avec Carach Angren et SepticFlesh l’année prochaine (avec notamment des dates à Paris, Bordeaux et Toulouse).

 

 

 

Tracklist :

01. In Tenebris
02. Cursed
03. The Black
04. Of Blood And Tears (feat Veronica Bordachinni of Fleshgod Apocalypse)
05. Dream And Wait
06. Antra Daemonium
07. Darkbringer
08. Mother Of Shadows (feat Lindsay Schoolcraft of Antiqva)
09. Sleeping In Silence
10. The Great Darkness
11. Compendium Maleficarum

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *