Bullet For My Valentine – Bullet For My Valentine

Bullet For My Valentine est de retour avec son septième album. Après Gravity (2018), le groupe voit cet album comme une version 2.0, une nouvelle ère dans leur style musical. Initialement prévu pour le 22 octobre, le groupe annonce une sortie décalée suite à des problèmes de fabrication des albums physiques. Disponible via le label Spinefarm Records / Search & Destroy, Bullet For My Valentine, vu comme l’album le plus féroce des anglais, est a retrouver dès le 5 novembre.

Cet album éponyme s’ouvre sur Parasite et son introduction reprenant des passages de titres présents sur les albums précédents. Après quelques secondes, on retrouve rapidement des sonorités propres au groupe et qui reste au fil des albums mais de manière inédite. Un titre violent et taillé pour le live s’offre à nous. On découvre vite un schéma assez simple, qui fonctionne parfaitement, mais manquant un peu de profondeur. On apprécie quand même le changement de chant, même si trop court et le solo de guitare vers la fin. La chanson suivante, Knives, est assez similaire. On retrouve cette alternance entre des instruments violents, et qui montent au fur et à mesure et un chant plus calme, même si plus poussé que sur le premier morceau. On revient toujours au même riff qui structure totalement Knives et fait qu’il se démarque. My Reverie se démarque avec son introduction douce et atmosphérique. Moins rapide, le chant prend son temps et semble parlé, plutôt que chantonné. C’est une fois la moitié du morceau passé que le rythme change radicalement. Entre scream, explosion et des parties à la guitare plus poussées. Derrière un début calme et simple, se cache quelque chose de prometteur.

“Don’t want you in my shadow, don’t need you in my lifе
Deep down, your words are nothing, nothing but an alibi
 I hate you, I hope you choke”

No Happy Ever After n’est pas sans rappeler les morceaux présents sur les albums précédents. Plus rapide et plus violent, on est sur quelque chose de différent. On n’oublie pas le refrain qui part sur un chant plus clair, le petit solo de guitare et on a un titre taillé pour le live. Ici, on reprend tout ce qu’on aime chez les anglais et cela fait parfaitement le boulot. Can’t Escape The Waves garde ces petits riffs propre au groupe et cela éclate très vite, on est loin de My Reverie et ce n’est pas plus mal. Ce même riff qui va encadrer le morceau et revenir à plusieurs moments. On y retrouve quand même de nombreux passages calmes, ressemblant presque à une balade, déroutant dans un premier temps, on fini par l’apprécier rapidement. Bastards attaque avec une batterie et un chant qui annonce la couleur mais… On est très vite coupé dans cet élan. Alors que les guitares nous laissent suggérer certaines choses pour la suite, on part sur un chant presque parlé, a nouveau. Il va falloir attendre le refrain pour que le groupe se déchaîne un peu plus. On va alors partir sur une alternance entre refrain ravageur et couplet calme jusqu’à la moitié du morceau (qui dure 5 minutes). Aucune retenue dans cette seconde partie : une batterie qui tabasse, des guitares plus appuyées, travaillées et un chant plus porté sur le scream.

Rainbow Veins est certainement mon titre préféré. Une introduction calme, un riff qui reste en tête et cette alternance entre instrumental et chant clair que l’on retrouve tout du long de l’album, lui donne un certain charme, même si on est loin de ce que les anglais nous proposaient sur les opus précédents. On profite pleinement de la voix de Matt Tuck, entre un refrain proche du chuchotement et quelques scream bien poussés sur une (trop) courte durée. Un titre surprenant et qui prouve que Bullet For My Valentine s’appuie sur leur passé pour aller vers quelque chose de nouveau. Shatter et son introduction envoutante est un piège, car derrière ce léger répit se cache une instrumental lourd et haché, en total contradiction avec un chant assez plat et calme. Alors que ce dernier évolue mais sans donner suite à l’explosion tant attendue. Encore une fois, les scream ne sont pas les bienvenues et sont même remplacé par des chœurs. Cet ajout donne de la profondeur au morceau, qui une nouvelle fois reste assez plat et reprend le même schéma basique. Shatter reste un bon morceau mais il lui manque un petit quelque chose pour être véritablement efficace.

Paralysed est un autre titre qui va faire des ravages en live. On repart sur ce que le groupe fait de mieux ! On ne trouve pas une seconde pour reprendre son souffle car ça tambourine de tout les côtés. On laisse de côté également le chant clair, pour du scream, de la saturation et un concentré de violence bien attendu. On notera le petit solo de guitare qui vient égaillé la chose et donner un peu de profondeur bienvenu. C’est Death By A Thousand Cuts qui a la lourde charge de clôturer ce nouvel album. Assez similaire au titre précédent, ici, on commence avec une introduction évasive, une voix lointaine et une batterie qui a la première place. C’est de courte durée car les anglais donnent tout ce qu’ils ont et on termine avec un morceau plein d’énergie, rapide et brutal !

“Another crack, watch me shatter, I don’t exist, I was never alive. 
But now I know I’m ready to die, in a world where I don’t belong”

Un album en deux teintes. Bullet For My Valentine a tenté certaines choses qui vont plus ou moins bien passé vis à vis des fans, mais ils savent revenir à ce qui fait leur succès et montrer qu’ils ne s’en éloignent jamais trop longtemps.

 

Tracklist :

Parasite
Knives
My Reverie
No Happy Ever After
Can’t Escape The Waves
Bastards
Rainbow Veins
Shatter
Paralysed
Death By A Thousand Cuts

 

Gloomy

Passionnée par le poulet curry, la pizza et de temps en temps la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *