Annisokay : Interview avec Christoph Wieczorek

Photo de couverture : Benjamin Pohle

 

[English Version Below]

 

 

La sortie du nouvel album d’Annisokay, Aurora, a été l’occasion de parler avec Christoph Wieczorek, le producteur, chanteur et guitariste du groupe, le 27 novembre 2020.

 

Bonjour ! Comment vas-tu ?
Je vais bien ! Avec le groupe, on pensait qu’on avait le corona, car notre screamer a le corona en ce moment. Du coup, on pensait l’avoir aussi, mais aujourd’hui on a reçu les résultats de nos tests et ils sont négatifs alors on est contents. Mais oui, Rudi l’a, il va bien mais il travaille dans un hôpital donc c’est triste.

 

Ah oui, c’est triste… Mais c’est cool s’il va bien. Du coup, on est là aujourd’hui pour parler de votre nouvel album, Aurora, qui sort en Janvier. Quelle est l’origine de ce nom ?
“Aurora”, une aurore boréale, c’est une lumière du nord, les lueurs vertes dans le ciel. Mais ça peut aussi avoir une autre signification, ça peut être un symbole d’espoir. Quand on a eu l’idée de cet album et qu’on a commencé à en parler, on a pensé « qu’est-ce que les gens ont besoin, qu’est-ce qu’ils veulent écouter en ce moment ». En ces temps bizarres, tout le monde est un peu emprisonné à la maison, déprimé et triste, et on voulait offrir une lumière à la fin du tunnel. C’est ce qu’Aurora veut dire dans ce cas, on veut juste que les gens puissent avancer, restent en bonne santé et motivés, qu’ils ne soient pas déprimés et frustrés. C’est une période assez folle et nos chansons sont vraiment tristes, alors on ne voulait pas que les gens soient encore plus tristes haha !

 

Comment cette idée est liée à l’astronaute du visuel de l’album, ainsi que celui que tu joues dans la vidéo de Bonfire Of The Millenials ?
L’idée de l’astronaute vient des paroles de Bonfire Of The Millenials. En fait, j’avais cette idée depuis bien longtemps, j’y pensais depuis quelques années. Ça vient de l’idée d’un monde où plus personne ne vit, tout est mort et la Terre est sèche. Le changement climatique a tout détruit, et on a cette situation, avec quelqu’un qui revient sur Terre dans le futur et qui regarde ce qui est arrivé à la planète, c’est une idée assez dingue et j’ai toujours voulu faire une vidéo sur le sujet. On avait la chanson Bonfire Of The Millenials où les paroles marchaient bien avec l’idée de ce clip, du coup on a pensé « allez, faisons ça ». On avait déjà l’idée du titre Aurora pour l’album et je pensais que ça pourrait être cool de connecter ces deux idées dans un dessin qui les représente, donc c’est comme ça qu’on est arrivé à ce résultat.

 

 

C’est cool ! Et comment ont été les retours sur les nouvelles chansons que vous avez déjà sorties ?
La plupart d’entre elles sont bonnes! Il y a toujours des gens qui en pensent du mal mais ça fait partie de l’aventure. De manière générale, ça marche bien pour le moment. Ca a été très intéressant pour nous de voir comme les gens voient Rudi et comment ils l’acceptent en tant que nouveau screamer. En fait, on était même assez surpris de voir qu’ils ont vraiment aimé la façon dont il chante, et d’à quel point ils l’ont accepté et accueillis. C’est vraiment génial de lire tous ces commentaires qui disent qu’on a presque un son encore meilleur qu’avant. Je pense que les retours pour les chansons sont super, les commentaires et tout c’est une chose, mais les gens commentent davantage lorsqu’ils n’aiment pas quelque chose que lorsqu’ils aiment, donc ce dont on doit faire le plus attention c’est le nombre d’écoutes, le nombre de fois que les gens ont joué la musique sur les plateformes de streaming et toutes ces choses là qui comptent, et s’ils écoutent ça veut généralement dire qu’ils aiment ! Avec cet album, on a doublé notre nombre d’écoutes et c’est fou, c’est vraiment cool de voir ça alors que l’album n’est même pas encore sorti !

 

En parlant de Rudi, est-ce qu’il a pris part à la création de l’album ?
Oui. Pas autant que ce que l’on pourrait penser, parce que lorsqu’il est entré dans le groupe, la plupart des chansons étaient déjà écrites. Donc il a eu plus d’idées sur certaines que sur d’autres, mais ça se joue surtout sur l’influence qu’il peut avoir dans les chansons, le son dépend évidemment de sa voix donc sa façon de crier a beaucoup d’impact. Il sonne un peu plus comme j’ai toujours imaginé le scream quand j’écris les chansons. Je veux dire, Dave a aussi un joli scream, mais il sonnait différemment de ce que j’avais en tête quand j’écrivais les chansons. C’était toujours intéressant à entendre mais avec Rudi, c’est plus proche des émotions que je veux transmettre donc ça me correspond mieux. C’est toujours sympa en studio quand je l’enregistre, on s’amuse toujours et après chaque enregistrement je suis là « Oh mais c’est si génial ! » haha. Du coup ça dépend plus de ses influences sur la chanson, il a bien sûr aussi eu quelques idées, sur quelques passages, qu’on devrait peut-être faire les choses un peu différemment ci et là, ajouter quelque chose, mais ça a toujours été comme ça dans le groupe.

 

Génial ! Pour les enregistrements, comment le fait d’avoir ton propre studio influe ton travail ? Est-ce plus facile ou plus difficile de travailler ?
Bien sûr, ça a ses avantages, parce que tu peux travailler quand tu veux, mais ça aussi des désavantages parce que parfois ce n’est pas facile de savoir quand commencer et quand finir de travailler. Quand tu travailles avec un producteur, tu sais que tu as une deadline, tu sais quand tu dois finir tes démos, et après tu seras là pour quelques semaines et tout sera fini. Dans notre cas, je commence quand je veux, peut-être parfois un peu en retard, et ensuite je peux changer les morceaux autant que je veux et ça prend une éternité. C’est bien pour les chansons bien sûr, vu que je peux ajouter des idées, mais parfois ça prend un peut trop de temps et c’est toujours trop décousu parce qu’on envoie toujours nos créations trop tard. Ca a vraiment de bons et de mauvais côtés.

 

 

On peut entendre que vous essayez de nouveaux styles sur cet album, on reconnait votre style habituel avec le mélange de metal et de touches électro, mais pour moi vous avez parfois des sons un peu plus pop et même une sorte de rap sur The Cocaines Got Your Tongue. Recherchiez-vous de nouvelles choses pour cet album ?
Oui. Enfin, on a toujours recherché des choses nouvelles, parce que faire toujours la même musique années après années c’est un peu ennuyant. J’ai écouté pas mal de styles différents dernièrement, et en tant que producteur j’essaie toujours de nouvelles choses. Ce qui était intéressant à voir, c’était que l’on pouvait pousser les limites des genres et essayer des choses nouvelles qui ne sont pas dans nos habitudes et de voir ce qui en ressortait. Des fois c’était facile, et d’autres fois c’était compliqué, par exemple pour Face the Facts, on avait cette idée de faire un rythme un peu aléatoire, mais quand tu joues ce rythme avec la mélodie, ça sonne de manière assez amusante et c’est pas toujours très lourd et très metal, on dirait un peu un groupe de Swing. On a dû essayer de voir comment rendre ça plus lourd pour que ça convienne à nos chansons. C’était un défi intéressant à faire. Et ce n’est qu’un exemple ! Ça nous a pris longtemps, j’en étais arrivé à un point où je me disais juste que ça ne marchait pas, qu’on devrait laisser tomber. Mais on a essayé à nouveau plus tard, on a insisté, Nico a joué des trucs sympas à la batterie et à la fin la chanson est devenue super cool, c’est une chanson rafraichissante !

 

Mais oui, la chanson est cool ! Et encore une fois, vous avez beaucoup de chansons qui parlent de l’actualité, de comment le monde devient fou… Est-ce un sujet important pour vous en général ?
Oui bien sûr ! C’est quelque chose qui tourne toujours dans nos têtes, parce que si tu regardes les réseaux sociaux, ce que les gens postent et les infos, si tu fais attention à ce qu’il se passe dans le monde, c’est vraiment pas cool. Et puis évidemment, le temps est passé, on est devenu plus vieux et on se sent maintenant responsables d’en parler. En tant qu’artiste, on veut parler des choses qui nous préoccupent et qui nous semblent importantes. Même si tu ne fais pas changer les choses, tu devrais au moins en parler ! Il y a beaucoup de gens qui écoutent nos musiques, donc peut-être que si on peut faire changer quelques personnes dans le bon sens, alors c’est déjà bien. Mais ce n’est pas forcément ce qu’on recherche non plus, on ne veut pas pointer du doigt les choses et dire aux autres « vous avez tort, vous faites les choses mal ». On veut juste lever la main parmi la foule et essayer de faire en sorte que les gens y pensent. On a remarqué que des gens n’étaient pas très contents de ça, qu’on parle de ces sujets, par exemple dans Bonfire Of The Millenials, des gens étaient « oh non pas encore ce sujet ! » et on pensait « eh oui, on parle encore de ce sujet ! Et si tu n’aimes pas, peut-être que tu devrais y réfléchir ». Il y a des faits sur ce qui se passe actuellement dans le monde, le climat devient de plus en plus chaud tous les ans, et si ça continue, alors on a un gros problème. On doit changer, et il n’y a aucun moyen d’y échapper, que tu le veuilles ou non, donc on s’est juste dit « faisons une chanson sur le sujet ». C’est la même choses avec toutes ces théories du complot en ce moment et tous les gens qui croient tout ce qu’ils voient sur internet. Bien sûr, c’est assez marrant d’un côté, mais c’est aussi dangereux parce que les gens veulent en tirer profit, surtout les gens de droite, ils veulent utiliser ça pour leur politique et leurs pouvoirs. Je ne supporte pas quand les gens partagent des choses sur internet dans l’unique but d’attiser la haine, parce qu’ils sont remplis de haine, et les infos ne sont même pas vraies, ils partagent juste des choses fausses et des mensonges. Ca me met tellement en colère quand je vois ça que je devais écrire une chanson là-dessus, pour leur dire de fermer leurs gueules (Shut The Fuck Up)!

 

 

C’est sûr ce que sont des sujets importants en ce moment, je pense que tu as raison. Sinon, maintenant que tu es le seul à jouer de la guitare dans le groupe, est-ce que c’est plus dur de créer les morceaux ou de jouer pendant les concerts ?
Non. Quand j’écris des musiques, je le fais surtout avec un piano et un synthé, les guitares viennent plus tard dans mon procédé créatif. J’avais l’habitude, pour les albums, de rechercher des choses qu’une deuxième guitare pourrait jouer, comme des mélodies spécifiques, et maintenant je me dis juste qu’on devrait garder les sons du synthé et les programmer pour jouer la mélodie, et non en faire une seconde guitare. Donc je joue toujours la même chose que d’habitude, les rythmes et les choses plus lourdes, on doit juste davantage penser à où on place les sons électroniques et les mélodies avec tout le reste qui se joue. C’est une autre approche, mais en vrai ce n’est pas plus dur, peut-être plus fun et moins metal, mais on s’en fout !

 

Comment vous avez réussi à travailler cette année avec la pandémie ? Est-ce que ça a posé problème pour la sortie de votre album ?
Oui. Enfin, au départ, c’était un avantage pour nous, on avait tout le temps de finir notre album en mars et en avril. A cause du confinement, j’ai perdu des productions pour le studio et j’avais pas mal de temps pour travailler sur nos enregistrements. Je pensais que c’était cool, sinon ce ne serait même pas encore fini maintenant. Ensuite, cette situation a continué et on a commencé à se demander « qu’est-ce qu’il va se passer si on ne peut pas faire notre tournée en septembre ? ». C’est déjà du passé à l’heure où on parle, évidemment on n’a pas fait notre tournée et on l’a repoussée à avril, mais maintenant on n’est même plus sûrs qu’on pourra la faire en avril. Du coup, c’est super déprimant et super dur de continuer à avancer en restant motivés et de ne pas être frustré. Pour l’album, ça n’a rien à voir avec ça si on l’a repoussé, c’est un problème avec la compagnie qui a créé les CDs et les vinyles, ils prennent une éternité pour une raison ou une autre. Maintenant, ils ont besoin de quatre mois pour fabriquer les vinyles, ce qui est fou parce que je pensais que ça prendrait genre deux semaines. Donc ils nous ont dit que non, ils ne pouvaient pas le faire à temps et on a dû repousser la date de sortie de l’album. Au final ce n’est pas si mal parce qu’on a dû tout repousser et on peut juste sortir un nouveau single. Peut-être que c’est mieux comme ça, on doit faire le meilleur avec ce que l’on a.

 

 

Oui, il faut improviser en ce moment ! En parlant des tournées, vous êtes un groupe allemand mais vos concerts en France sont très rares, avez-vous une explication ou quelque chose à dire sur le sujet ?
Tout d’abord, ce n’est pas notre décision, parce si on avait le choix, si quelqu’un nous demandait de faire une tournée en France, on dirait oui à tout ça. Ce n’est pas nous qui décidons, parce qu’on a besoin d’avoir des salles qui nous réservent et qui veulent qu’on vienne jouer, des gens qui nous invitent, et il doit y avoir des fans évidemment. Je pense qu’on a quelques fans en France, donc bonjour à tous les fans qui lisent ça ! Mais je pense que les agences qui gèrent les tournées et les gens qui organisent les concerts, on ne les connait pas encore. On doit se faire connaitre, et ça devra attendre qu’il soit possible de faire des concerts à nouveau, mais on veut venir, on espère que ça arrivera. En fait, on a remarqué avec nos deux précédents albums qu’on a gagné beaucoup de fans en France et ça a été un grand changement. En général, les français s’en foutent un peu de nous mais peut-être que ça va changer. On a joué trois ou quatre concerts en France déjà, avec seulement une interview. On avait une date à Paris et peut-être deux à Lyon, donc on est venus mais les gens ne nous connaissaient pas. A Paris, c’était quand même le meilleur concert qu’on ait pu faire en France jusqu’ici. J’espère qu’on pourra refaire ça vite !

 

Oui j’espère ! J’aimerais bien venir vous voir un jour. A présent, quels sont vos plans pour le futur ? Vous espérez trouver un moyen de faire votre tournée européenne ?
Eh bien, pour l’instant nos plans c’est juste de sortir notre nouvel album de la meilleur manière possible et de tourner un nouveau clip. A partir de là, on se sent vraiment impuissants, on est juste en train de nager dans une rivière parce que tout ce qu’on peut faire, c’est juste regarder ce qu’il se passe. Pour le moment, on veut essayer de faire cette tournée en avril, mais on a aussi une tournée russe qui commence en septembre et des dates en festival cet été, et on voudrait aller voir d’autres festivals. Mais en vrai, je ne crois même pas que quelque chose comme ça puisse arriver. On a un peu abandonné l’idée d’espérer des choses, on régresse juste, donc on va juste voir ce qui arrivera et prendre ce que l’on aura. Du coup, pas de plans concrets à part essayer de rester en vie en tant que groupe de musique.

 

C’est une année un peu folle c’est sûr. En tout cas, merci beaucoup, c’était super sympa de parler avec toi !
De rien ! Merci à toi aussi ! J’espère qu’on pourra se voir un jour, donc fais-nous savoir si on joue près de chez toi à un moment. Salut, prends soin de toi!

 

 

Aurora sortira le 29 Janvier 2021 chez Arising Empire.

Tracklist :

01. Like A Parasite
02. STFU
03. The Tragedy
04. Face The Facts
05. Overload
06. Bonfire Of The Millenials
07. The Cocaines Got Your Tongue
08. Under Your Tattoos
09. The Blame Game
10. I Saw What You Did
11. Standing Still
12. Friend Or Enemy
13. Terminal Velocity

 

 

English Version

 

 

The new album of Annisokay, Aurora, was the occasion to talk with Christoph Wieczorek, producer and vocalist/guitarist of the band, on the 27th of November 2020.

 

 

Hey! How are you?
I am fine! In the band we thought we had corona because our screamer has corona right now, and we thought we had it too, but today we got our test results and they are negative, so we’re happy. Only Rudi has it, he is well but he works in a hospital so that’s sad.

 

Yeah that is bad… But that’s good if he is well. So, we are here today because of your new album, Aurora, coming out in January. Where does the name come from?
Aurora is a northern light, this green stuff going on in the sky, but it also has other meaning. It can be a symbol of hope. So, when we had the idea of the album and we started to talk about it, we thought “what do people need, what do people want to hear right now”. With this crazy time, everyone is kind of caged at home, depressed and sad, and we wanted to give some lights at the end of the tunnel. This is what Aurora means in this case, just to make people keep on going and stay healthy, motivated, and don’t be depressed and frustrated. Because it’s a really hard and crazy time, and our songs are also really sad, so we don’t want the people to be even more sad haha.

 

How is it linked to the astronaut in the visual of the album and the one you play in the video for Bonfire Of The Millenials?
The astronaut idea is coming from the lyrics from Bonfire Of The Millenials. Actually, I had this idea way longer before, I think a few years ago. It is about this idea of the world where nobody is living anymore, everything is dead and the Earth is dry. Climate change has destroyed everything, and we have this situation, where someone is coming back on Earth in the future and looks about what happened to the planet, this is a really crazy idea and I always wanted to do a video about it. We had the song Bonfire Of The Millenials which fits to the lyrics and the idea of this music video, and I thought “yeah, let’s do it”. We already had the idea of the Aurora album title and I thought that maybe it would be cool to connect both these parts, in an artwork that represents this ideas, so this is how il all came together.

 

 

That’s nice! And how were the feedbacks about the new songs that came out this year?
Most of them are great! There is always people talking bad stuff but it’s a part of the road. In general, it’s working right now. For us, it’s been really interesting to see how people see Rudi and how they accept him as our new screamer. Actually, we were surprised how well they thought about the way he sounds and how well they accepted him and welcomed him, it’s really cool to read all these comments that say that we almost even sound better now that we were before. I think the feedbacks for the songs are really great, comments and stuff are one thing, but people comment more often when they don’t like something than when they like something, so that you have to take more care of is for example the plays, the streams and stuff like that you can count, because this way you can see how often people listen to it, and if they listen to it often then they usually like it! For this album we have doubled our streams so it’s really crazy, that’s cool to see and the album is not even out now!

 

Speaking of Rudi, did he take part in the creation of the new album?
Yes. Not as much as you could think, because when he entered the band most of the songs were already written. So, on some of the songs he had more inputs than in others, but it is more about his influences in the songs, the sounds depends obviously on his voice, its way of screaming which is a huge impact actually. He sounds more than how I always imagined the screams when I wrote the songs. I mean, Dave also has a great screaming voice as well, but he sounds different than what I have in mind when I write the songs. It was always interesting to hear but with Rudi, it is more close to the emotions I wanted to tell, so it fits more to me. It is always great in the studios when I record him, it’s always fun, and after every recording I am like “oh this is so awesome” haha. So it is more his inputs to the songs, he also had some ideas of course, about some parts, that maybe we should do something a little different here and there, add something, but that’s how it has always been in the band.

 

Awesome. For the recordings, how does the fact of having your own studio impact your work? Is it easier or harder to work?
Of course, it is an advantage because you can work whenever you want, but it is also a disadvantage because it is sometimes not easy to know where to end or where to start, you know. When you work with a producer, you know that you have a deadline, you know when you have to finish the demos, and then you will be there for some weeks and it’s done. In our case, I start whenever I want, maybe a bit too late, and then I can change stuff as long as I want and it takes forever. It is good for the songs of course, because I can add ideas and stuff, but sometimes it’s taking too long or it is too much broken because we are always sending the stuff too late. It really has good and bad sides.

 

 

We can hear that you are trying new styles on this album, we recognize your usual style with the mix of the metal and a little bit of electro stuff, but for me we have sometimes more poppy sound and even some kind of rap in The Cocaines Got Your Tongue. Were you looking for something new in this album ?
Yes. Well, we have always been looking for new stuff, because doing the same music all over again years after years is a bit boring. I have been listening to a lot of different styles lately, and as a producer you always want to try new stuff. What was interesting to see is that we can push the boundaries of the genders and try some things that are not usual, and see what comes out of it. Sometimes it was easy, and some other times it was not so easy, for example for Face the Facts, we had this idea of doing this shuffle rhythm, but when you play this shuffle rhythm and the melody with it, it sounds funny and not always heavy and metallic, because it sounds more like a swing band. We had to figure out how to make it sounds heavy and fits our songs. It’s an interesting task to do. And that is just one example! It took a while, I went to a point where I was just like, it’s not working, fuck it. And then we tried again, we kept going, Nico played some cool drums, and at the end the song came really cool, it’s a fresh song!

 

Indeed, that’s a cool song! Once again, you have a lot of songs speaking about actualities, how the world is crazy… It is an important topic in general for you ?
Yes of course. It is really something that is in our minds, because if you look at social medias, what people are posting or the news, and look what’s going on in the world it is really not cool. And of course, the time has passed, we have become older and we feel responsible for saying something about it. As an artist, we want to talk about things that are on our minds and that are important. Even if you don’t make it change, at least you should say it! We have a lot of people listening to our music so maybe if it changes some people for the better it’s good, but it is also not what we want. We don’t want to point the things to the others and say “you are wrong, you’re doing wrong stuff”, we just want to raise a finger around here and make people think about stuff. We noticed that some people are not happy about it, that we speak about these kind of things, for example in Bonfire Of The Millenials, people were like “oh no, not this topic again!” and we thought like “yes, we speak about this topic again! And if you don’t like it, maybe you should think about it!”. There are some facts about what is going on right now, the climate is going hotter and hotter every year, and if this goes on, then we have a big problem. We need to change, and there is no way to avoid it, even if you like it or not, so we just thought “let’s make a song about it”. It’s the same with all these conspiracy theories going on right now, and people believing everything they see on the internet. It is of course funny on one side, but it is also dangerous because people want to take advantages of it, especially right wing people, they want to use it for their policy and their power. I hate when people are just sharing stuff on the internet to raise hate, because they have hate, and it’s not even true, they are just sharing wrong facts and lies. That is making me so angry when I see it that I we had to write the song about it and tell to Shut The Fuck Up!

 

 

They are very important topics right now, you are right. Also, now that you are also the only one playing guitar, is it more difficult to create music or to play during live performances?
No. When I write songs I mostly write with piano and synths sounds, so the guitars are coming later in my writing process, and usually in the albums I was looking for stuff that a second guitar could play like melodies. Now, I am just thinking that we should keep the synths sounds and programming them to do the melody, not the second guitar. So, I am still playing the same stuff I always played, like rhythms stuff and heavy stuff, we just have to decide how to place the electronic sound or the melodies and everything else that is going on. It’s another approach but it is not harder actually, maybe more fun and less metal, but we don’t care!

 

How did you manage to work this year with the pandemic ? Did it impact the release of your album ?
Yes. Well, in the first place it was an advantage for us, we had all the time in March and April to finish our album. Because of the lockdown, I lost some productions in the studio and I had a lot of time to work on the record. I think this was good because otherwise it maybe would not even be finished by now. Then this kept going and we started to think “what happens if we can’t play our tour in September?” . That’s already in the past right now, of course we couldn’t play the tour and we postponed it to April, but now we are not even sure that we can do it in April. So, it is really depressing and really hard to keep on going, stay motivated and don’t get frustrated. For the album, it doesn’t have anything to do with it, it is an issue with the company that creates the CDs and the vinyl’s, they take forever for some reason and they need four months now to press a vinyl, which is crazy because I thought it would maybe take two weeks! So they told us that no, they can’t make it in time, so we had to postpone it. In the end it is not so bad, because we have to postpone everything and we can just bring another single. Maybe it is better in the end, we have to make the best out of it.

 

Yes you need to improvise! Speaking about tour, you are a German band but your shows in France are very rare, do you have an explanation or something to say about that ?
First of all, it is not our decision, because if we would have the decision, if someone would ask us to play a tour in France, we would say yes to all of it. It’s not our decision because you need to have venues that book us and want us to come, bookers that want us to play, and there must be fans of course. I think we have some fans in France, so “Hi” to all the fans there, but I think that the booking agencies in France and the people who organize shows, we don’t know about them yet. We have to make them know about us, and shows need to be able to happen again, but we want to come there, we hope that it is going to happen. Actually, we noticed on the last two albums that we gained a lot of fans in France and it has been a big change. Usually, French people didn’t care about us that much so maybe it is going to change. We played three or four shows there before, with only one interview. We had a show in Paris and maybe two in Lyon, so we have been there, but people didn’t know about us. In Paris actually, it was the best show we had in France so far. Hopefully, we can do this again soon!

 

I hope so! I really want to come to see you one day. What are you plans for the future now ? You want to find a way to do your European Tour ?
Well for now our plans are just to release our album as good as possible and to do another video. From that point, we feel really helpless, we are just swimming with the river because we just have to see what happens. Right now, we really want to play this tour in April and also the Russian tour in September, and a festival in Sweden this summer, and going to see other festivals, but I don’t even believe anything like this is going to happen. We kind of gave up on hoping, it’s just regressions so let’s see what happens and take what we get. So, no real plans except trying to stay alive as a band.

 

That is a crazy year for sure. Well, thank you very much, it was really nice to talk to you!
You’re welcome! Thank you too! Hopefully we will see you someday, so let us know when we are close to you someday. Goodbye, take care!

 

 

Margot Patry

En général, j'étudie les Sciences, mais des fois j'écoute de la musique !

Une réflexion sur “Annisokay : Interview avec Christoph Wieczorek

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *