Live-Stream : Yungblud

À 15 heures, heure française, j’ai pris rendez-vous sur YouTube avec Yungblud pour un show 100% live en streaming ! Ça change d’un concert traditionnel, on ne va pas se mentir, d’autant que mon réseau n’était vraiment pas des plus optimal ou l’affluence trop grande à certains moments.

Toujours étant que l’artiste s’est éclaté à recréer l’ambiance d’un vrai concert, mettant le feu avec Parents, Anarchist et Loner, avant de rejoindre son premier invité d’honneur : Oliver Tree qui s’apprête à cuisiner quelque chose. On note l’humour lié au Coronavirus avec des mesures d’hygiène à grand renfort de gel hydroalcoolique qui finit en huile de massage pour le visage. Après le pire cours de cuisine qu’il m’ait été donné de voir en 27 ans d’existence et un outrage au bacon plus tard, Dom revient sur cette scène improvisée pour interpréter I love you, will you marry me.

La retransmission sur YouTube est suivie par plus de 40K personne dans le monde !  Très actifs sur le chat YouTube de l’artiste, les messages ne cessent de défiler à une vitesse prodigieuse, impossible à suivre ! On atteint réellement un pic alors que l’artiste se pose avec sa guitare acoustique pour interpréter Casual sabotage.

Il rejoint ensuite Bella Thorne et sa sœur, pour leur proposer de jouer à un petit jeu. Un triangle de Corona (bière) est disposée sur la table, à la manière d’un bière-long unilatéral. Le but du jeu diffère un peu, puisque e premier qui trouve un mot commençant par la lettre choisit oblige l’autre à boire. On rappelle tout de même qu’à Los Angeles, il est 7:00 du matin et qu’ils jouent à un jeu d’alcool… tout va bien !

C’est un Machine Gun Kelly ayant probablement sauté du lit qui rejoint les deux animateurs amateurs du lundi matin ( on rappèle qu’il est 7 heures à LA), comme un lapin sorti de sa cage. Après un bref échange de « Corona check » qui deviendra surement un gag après cette épidémie, le jeu commence. Yungblud demande notamment ce qu’on peut trouver dans une pharmacie qui commence par la lettre L, un fruit exotique en P, ce qu’on peut trouver à Coachella en B, ce genre de choses. Après quelques bières descendues, à tords ou à raison pour ce qui est de Bella qui a du s’embrouiller dans les règles à un moment donné, MGK et Yungblud interprètent ensemble I Think I’m okay.

C’en suit un interlude ou l’artiste prend le temps de répondre aux questions que les internautes lui posent sur les réseaux. Il revient sur le fait que l’idée du Yungblud Show lui est venue dans son lit, en scrollant sur les réseaux après s’être retrouvé confiner comme le reste du monde.  Une autre question porte sur l’élaboration d’un titre de chanson, qui comprendrait la personnalité de ses invités du jour : c’est parti beaucoup trop en couille pour tenter de retranscrire ça, mais la question était sympa.

Il enchaîne ensuite avec Brain Dead et Hope For The Underrated Youth. Si nous avions pris un plaisir monstre à hurler sur Hope For The Underrated Youth lors du passage de l’artiste en novembre dernier sur Paris, c’est assez étrange de le revoir ici, dans foule, sans écho, sans cette impression de communion qui nous liait à ce moment-là. L’émotion y est tout de même et on salut vraiment l’équipe autour de l’artiste qui nous offre un live vraiment bien orchestré, avec des plans caméras digne d’un DVD live.

Dom fait tout ce qu’il peut pour reproduire l’ambiance d’unconcert, quitte à se stopper dans son chant, présenter le micro à la caméra, tendre l’oreille, alors j’espère sincèrement que derrière votre téléphone, votre ordinateur ou télévision Android, vous lui avez fait le plaisir de chanter à vous en déchirer les cordes vocales !

L’artiste nous interprète ensuite Machine Gun. Dégoulinant de sueur, mais toujours doté d’une énergie dingue, à courir d’un bout à l’autre de l’espace, à sauter, tourner, balancer des kicks, avant d’envoyer valser son pied de micro.

Au final, Dom aura tenu une heure entière en live et nous aura sorti de notre déprime zero-concert/confinement le temps d’une après-midi ! Un grand merci à lui pour cette initiative et merci à tous les artistes qui se mobilisent également sur les réseaux pour échanger avec leurs fans. Ils nous prouvent une fois de plus que même en fermant les frontières, rien n’arrête la musique, le partage et l’empathie pour autrui.

Lilly.

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *