[Live-Report] Motocultor Festival : Jour 2

Après trois ans sans avoir été au Motocultor Festival, il était temps de retourner en terre bretonne (pour une journée) pour découvrir comment le festival avait évolué et ce fut une réelle bonne surprise de redécouvrir cet événement qui proposait encore cette année une programmation très intéressante notamment en ce samedi ensoleillé.

La journée commence fort avec les Français de Heart Attack qu’on connaît bien ici. Le set commence à peine avec le titre “Burn My Flesh” qu’on entendra de loin pendant la pose du bracelet, on arrive vite dans la fosse pour constater que le groupe met une ambiance de folie sous une Dave Mustage plutôt bien remplie (à noter que la poussière c’est vraiment en option mais que le public en aura brassé des tonnes ce week-end), on note majoritairement des titres du dernier album en date “The Resilience” dans la set-list de cette fin de matinée, en gros ça joue bien, ça envoie exactement comme il faut pour réveiller le public à coup de circle pit et de wall of death. Et pour ceux dans le fond qui n’ont pas tout suivi, c’est également la première fois qu’on découvre le groupe depuis le changement de bassiste et on peut clairement dire que le groupe n’a pas vraiment perdu au change. En bref Heart Attack, on ne saura que trop chaudement recommander autant sur album que sur scène pour les amateurs de Trash mâtiné riffs Hardcore.

Deuxième concert de la journée, on part à la découverte des anglais de Ingested (Slam Brutal Death ou pour les intimes de “Porc-Metal”) en voyant le groupe arrivé sur scène, on pense directement à Carnifex mais que nenni! Là où Carnifex pourrait pêcher au niveau de la brutalité, Ingested les bats à plate couture! Au chant Jay Evans mets une claque à Scott Lewis et confrères, et la session instrumentale nous donnerait clairement envie de nous décrocher les cervicales (ou de distribuer des mandales on hésite), le vocaliste n’hésite pas à prendre la parole entre chaque morceau et distribuera des sourires à qui veut bien les accepter (fait assez rare pour être souligné dans cette journée). En bref, une très grosse découverte qu’on espère revoir bientôt sur le sol français!

Set-List Ingested :

Purveyors of Truth

Sovereign

The Divine Right of Kings

Narcissistic Apathy

Better Off Dead

Skinned and Fucked

Invidious.

Après une courte pause et un petit tour au Market du Festival, assez fourni en merchandising et autres CDs/accessoires, mais blindé à cette heure-ci  on décolle pour le set des français de Hangman’s Chair qu’on avait découvert lors du Mondial Du Tatouage il y’a quelques années mais que nous n’avions pas eu l’occasion de revoir. Leur set, est clairement, le meilleur de la journée, un public attentif/réceptif, des musiciens avec une technique assez impressionnante (même si peu friands du genre, on le reconnaît aisément) et un chant d’une beauté rare qui nous aura presque collé des frissons.Les morceaux du dernier album en date “Banlieue Triste” prennent toute leur dimension en live.On en redemande à foison sans problème, amateurs de Stoner/Doom, ce groupe est pour vous!

Set-List Hangman’s Chair :

 Intro

Naïve

04/09/2016

Dripping Low

Cut up Kids

Flashback 

Full Ashtray.

On continue sur notre lancée avec les français de Blockheads, le groupe distille un Punk/Grindcore très barré, sûrement trop, la totalité du set serait beaucoup trop demandé…On retrouve tout les codes du Grind dans ce groupe : morceaux très courts, rapidité, incompréhension au niveau de la structure musicale ou du chant, malgré une grosse énergie déployée par le groupe et les amateurs qui retournent le pit, ce n’est pas ce qu’on préfère.

Set-List Blockheads :

Face Yourself, Make Up Your Mind
Awaken
Follow The Bombs
Famine
Despair
Human Oil
Nothing Learned Yet
Borders
Already Slaves
Final Arise
Mc Dollars
Greed
Misery
Alienated
Black Heaps of Cinders
Polymorphic Perdition
Silent
Horned Totem
Blind Machine
Hide Your Face
False
Pro-Lifers
Bastards
Horrified
(Repulsion cover)
All These Dreams…

Toujours en France et toujours sur la Suppositor Stage, Necrowretch, un groupe de pur Death-Metal comme on en fait plus beaucoup. Au niveau du set (et après avoir seulement écouté leur dernier album en date “Satanic Slavery”) on reconnaît donc les trois premiers morceaux de celui-ci, le son est étonnement propre et promet pour la suite du set, un batteur “possédé” qui n’hésite pas à lancer des regards complètement fous au public et pour le reste du groupe une envolée capillaire de grande classe résume bien la performance “physique” de Necro, le groupe envoie ses morceaux à la gueule du public absolument conquis, pas de chichi, pas de blabla, une performance hyper énergique qui nous ferait presque nous demander où le groupe trouve toute cette énergie. En gros, Necrowretch on valide x1000.

Set-List Necrowretch :

Sprawl of Sin

Satanic Slavery

Tredeciman Blackfire

Goat Headed

Black Death Communion

Hellspawn Pyre

Bestial Rites

Putrid Death Sorcery

Even Death May Die

Verses From the Depths

On retourne sous la Dave Mustage pour assister aux trois premiers morceaux du groupe Tagada Jones, on ne s’attardera pas vraiment sur le set dans sa globalité qui reste toujours aussi efficace et aussi chaleureux en bref un réel plaisir de voir Niko et sa bande à chaque fois sur scène (et en dehors). Quand au public présent sous le chapiteau, il est littéralement déchaîné (est-ce qu’on a parlé de la poussière?). En gros Tagada Jones on re-re-re-recommande à chaque fois!

On ratera le set de The Black Dahlia Murder à cause d’une mauvaise co-ordination de nos horaires mais on se promet de les revoir dès qu’ils repasseront car en live, ce groupe est un vrai rouleau compresseur et détruit tout sur son passage!

On avait vu Cannibal Corpse au Hellfest il y’a quelques années et malgré une déception cruelle à la suite d’une performance désastreuse, on y retourne cette fois-ci pour laisser une seconde chance à la formation! Et que dire? On a bien fait, le son est bon, la set-list est excellente, quand au groupe la performance est incroyable, George “Corpsegrinder” est au taquet sur chaque morceau (l’homme headbange comme un bienheureux à chaque morceau). Les morceaux les plus récents sont joués en début de set (on a un peu perdus le fil de leur discographie depuis quelques années) mais en milieu de set tout s’enchaîne diaboliquement bien, entre “Evisceration Plague”, “I Cum Blood”, le featuring avec Trevor de The Black Dahlia Murder sur “Stripped, Raped And Strangled” apporte un coup de fraîcheur au groupe et que dire du final topissime sur “Hammer Smashed Face”. On est bien heureux d’avoir revu le groupe sur scène et on espère finir la journée tout aussi bien.

Set-List Cannibal Corpse :

Code of the Slashers
Only One Will Die
Red Before Black
Scourge of Iron
Evisceration Plague
The Wretched Spawn
Kill or Become
I Cum Blood
Make Them Suffer
Stripped, Raped And Strangled
(with Trevor Strnad)
Hammer Smashed Face

 

Retour sur la Suppositor Stage pour le set des suédois de Shining qu’on avait découvert il y’a quelques années sur scène à Angoulême, Shining est donc un groupe de DBSM mené par Niklas Kvarforth, musicalement il faut avoir le coeur bien accroché, les paroles sont intégralement en suédois et les morceaux malgré des passages mélodiques évidents restent extrêmement particuliers, amateurs de Black Metal Dépressif ceci est encore une fois bien pour vous! Et sur scène qu’est ce que ça donne? Et bien, le groupe est excellent, et Niklas démontre toute l’étendue de ses capacités vocales mais fait également preuve d’un charisme très prenant (trop pour certains peut-être). Les deux derniers albums de la formation seront majoritairement représentés dans cette set-list même si on déplore l’absence de plus de titres de l’album “Halmstad”. En bref une bien belle performance du groupe à laquelle nous n’assisterons pas en entier pour pouvoir réaliser quelques clichés de Behemoth!

 

Set-List Shining :
Han som lurar inom
Förtvivlan, min arvedel
Framtidsutsikter
Jag är din fiende
Ohm (Sommar med Siv)
(Seigmen cover)
Låt oss ta allt från varandra
For the God Below
Besök från i(ho)nom

 

C’est déjà la deuxième fois que nous pouvons voir Behemoth en Festival, et le Motocultor est leur seule date en France cette année avant leur retour en salle en Janvier prochain. Malgré un pit photo non accessible en raison des consignes de sécurité, le show est réellement excellent, entre la pyrotechnie, une set-list absolument incroyable (composée des deux premiers titres du prochain album à être dévoilés : God=Dog et Wolves Ov Siberia) et un guest surprise sur la reprise de The Cure en milieu de set à savoir Niklas Kvarforth de Shining. Behemoth est réellement un groupe à voir sur scène même si les puristes de la scène Black Metal ne se reconnaîtront plus dans les dernières compositions proposées par le groupe, les amateurs de Black Symphonique ou de Black Death (pour faire court) ne seront que plus friands du groupe désormais. Et nous on a déjà bien hâte de les voir pour la première fois en salle pour un show qui s’annonce bien sûr incroyable!

 

Set-List Behemoth :
Ov Fire and the Void
Demigod
Ora Pro Nobis Lucifer
Wolves ov Siberia
Conquer All
God = Dog
Alas, Lord Is Upon Me
A Forest

(The Cure cover) (with Niklas Kvarforth)

Decade of Therion

Encore:

Chant for Eschaton 2000

O Father O Satan O Sun!

 

On atterrit pour la dernière fois de la journée sur la Suppositor Stage pour le set des Français de Punish Yourself. Le groupe n’est définitivement pas une découverte pour nous mais il nous tardait de découvrir ce que donnait le groupe depuis le départ de Miss Z et l’intégration complète de Klodia qu’on avait déjà vue sur scène avec le groupe il y’a quelques année et qu’on découvre maintenant en tant que chanteuse à part entière. Sur scène c’est une explosion de couleurs comme d’habitude, le son est excellent, mais ça joue beaucoup trop fort pour nos petites oreilles donc on décide de déserter malgré un show réellement intéressant. On doit par contre avoir raté quelques épisodes dans leur discographie vu qu’on ne connaît aucun des titres joués dans le laps de temps auquel nous avons assisté au concert. A suivre donc prochainement on l’espère en salles!

Pour finir cette petite journée au Motocultor, on décide d’aller voir Abbath (ancien frontman d’Immortal, pour ceux du fond qui ne suivent pas), ce dernier débarquera sur scène armé d’une torche enflammée et finira par cracher du feu sur l’intro. Commence donc un set composé en majeure partie de titres d’Immortal (et un de I) mais également de quelques morceaux d’Abbath en solo dont les trois premiers morceaux du set qui sont également les trois premiers titres de son album solo (si on peut dire) qui est tout simplement un album éponyme, le dernier morceau du concert “Count The Dead” est également présent sur cet album. Abbath aura apparemment déçu énormément de monde dans le public présent (trop grand guignol, trop cliché bref trop de trop) mais musicalement aucune déception nous concernant, les morceaux sont bons (en même temps c’était facile avec une set-list composée presque uniquement de morceaux d’Immortal), Abbath est très communicatif, parle entre chaque titre et se montre très souriant (alors les grands méchants du Black Metal c’est quand même Mythes et Légendes à ce niveau là). Abbath sur scène reste une formation à voir pour les amateurs du genre uniquement et qui n’ont pas peur des clichés également.


Set-List Abbath :
To War!
Winterbane
Ashes of the Damned
Warriors
(I cover)
In My Kingdom Cold
(Immortal cover)
Tyrants
(Immortal cover)
Nebular Ravens Winter
(Immortal cover)
The Rise of Darkness
(Immortal cover)
One by One
(Immortal cover)
All Shall Fall
(Immortal cover)
Count the Dead



Le Motocultor Festival est devenu maintenant un festival où il fait bon vivre à dimension humaine avec une programmation de qualité et de nouveaux aménagements vraiment qualitatifs. Une excellente organisation aussi au niveau de l’accueil des pit photos (Merci Kryl) et un service de sécurité efficace, nous ferait presque dire qu’on a hâte d’y remettre les pieds l’an prochain.

Merci à Romain pour l’accréditation et à tout les collègues avec qui on a pu passer du temps là-bas (Acta Infernalis, Shoot A Donf et tout les autres).

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *