Klone : Le Grand Voyage @Kscope

Les poitevins de Klone sont de retour avec leur sixième album studio intitulé « Le Grand Voyage », enregistré sur le label Kscope. L’opus est disponible depuis le 20 Septembre dernier. Une ascension qui continue d’album en album… Quelle est la destination finale ? Vers les nuages et au-delà !

 

Klone, est un groupe de rock/metal progressif originaire de Nouvelle-Aquitaine (Poitiers), formé en 1999. Initialement, le groupe est à l’origine de la formation Klonosphere ; un collectif regroupant plusieurs groupes comme Trepalium, Hacride ou encore Mistaken Element… Le line-up a toujours été fluctuant, mais le noyau dur actuel du groupe est composé de Yann Ligner, Guillaume Bernard, et Aldrick Guadagnino.

L’artwork signé Francesco Dell’Orto, dévoile une pochette énigmatique qui pourrait montrer un certain dualisme d’état d’esprit. En effet, on retrouve la tristesse, la mélancolie et le mal représentée sous forme de nuages chargés de pluie et tourbillonnants (au-dessus et au-dessous) ; qui contrastent avec la joie, l’amour et la vie représentée par un grand soleil (central) rayonnant.

Le groupe de rock poitevin, venu initialement du (groove) metal, emprunte désormais des chemins plus progressifs, voir carrément planants dans son très bon dernier opus. « Le Grand Voyage » est donc un album plus rock progressif atmosphérique, qui apparaît comme une évolution naturelle après « Here Comes Sun », sorti en 2015. D’autant plus, que le groupe vient de signer sur un tout nouveau label, Kscope (Syncope Prod) ; qui est un label anglais respectable dans le milieu progressif, et qui compte déjà des groupes comme TesseracT, Anathema ou encore Steven Wilson

L’album a été enregistré dans un studio parisien de Saintes-Marthe, où l’on retrouve Guillaume Bernard et Aldrick Guadagnino aux guitares, Morgan Berthet (Myrath) à la batterie, Jean-Étienne Maillard au saxophone et Matthieu Metzger au clavier ; le tout mixé par Francis Castes. Le nom de l’opus « Le Grand Voyage », rend hommage à la langue française, mais les paroles de l’ensemble des morceaux sont bel et bien en anglais : tout comme l’avait fait Gojira, en 2012, pour son album « L’Enfant Sauvage ». Il y a encore peu, il se classait à la 20ème place dans la « catégorie rock, hard et metal » de la Fnac et à la 1ère place des achats Amazon.

Ce nouvel album est tout simplement une invitation au voyage ; selon Guillaume Bernard « ce grand voyage est tout autant intérieur qu’extérieur ». Une sorte de voyage sans retour… Il a pour but final de trouver notre raison d’exister, de nous pousser à continuer notre chemin et de trouver notre lumière intérieure. Et on peut dire que les paroles de Yann Ligner laissent une place à l’imaginaire, tout en donnant une certaine réflexion philosophique : c’est-à-dire, que celui-ci prévient son auditeur que le chemin ne sera pas tout blanc et qu’il ne sera sûrement semer d’embûches, mais que celui-ci vaut la peine d’être vécu. De ce fait, on observe un certain parallélisme dans les thèmes abordés dans les morceaux : en effet, on retrouve alors des antonymes comme l’amour et la haine ou encore la vie et la mort.

L’opus débute alors par le morceaux « Yonder » qui est composé d’arpèges, d’un riff principal lourd apporté par Aldrick qui donne une épaisseur au son ; et d’une mélodie aérienne et atmosphérique apportée par Guillaume. À cela s’ajoute quelques notes de clavier parfaitement placée sur un tempo général très lent. L’intro et l’outro du morceau nous plonge littéralement dans un orage pluvieux : au final, il est une sorte d’annonciateur de la folle tempête qui va suivre… Il a été le premier single dévoilé par le groupe, le 20 Juin dernier ; il est accompagné par un énigmatique clip, réalisé par Arthur Jarry : où l’on peut suivre le périple d’un homme masqué dans le désert, qui fait penser étrangement à celui de la Sierra Nevada. 

 

L’album se poursuit avec un de mes morceaux préférés : à savoir « Breach ». En tant qu’admiratrice de David Gilmour, on ne peut rater les ici, les notes Pink Floydiennes que Guillaume apporte à ce titre. Celui-ci a une connotation très positive. Les morceaux « Sealed » et « Keystone » donnent une ambiance proche de l’évasion et donne envie de voyager. Notamment le premier titre, où l’on retrouve une voix pure et des arpèges à fleur de peau… « Indelible » est le morceau le plus complexe de l’album : on y retrouve une progression mélancolique, avec un break de batterie et un saxophone aux notes « jazzy ». S’enchaîne ensuite « Hidden Passenger », avec son chant clair sur des notes bien lourdes. Il apparaît en crescendo comme un bon Opeth.

Le titre « The Great Oblivion » est le plus sombre de l’album ; qui fait penser aux débuts du groupe. Il aurait très bien pu être un titre issu de « Dreamer’s Hideaway » ou « Black Days » ; si bien que le groupe a même hésité à l’intégrer dans cet opus. En effet, il est composé des riffs lourds, rugueux, gras et dynamiques et d’une basse appuyée qui tranchent avec l’ambiance générale de l’opus ; malgré son chant à la Alice In Chains. Enfin, nous arrivons sur les deux dernières chansons : « Sad and Slow », de son nom, est le morceau le plus triste ; en effet, les paroles évoquent le décès et l’oubli des êtres chers. Elle rebondie sur « Silver Gate » qui traite du cycle de la vie et de sa fin, ainsi que de l’éternel recommencement.

Pour conclure, « Le Grand Voyage » est un véritable bijou. Et mérite grandement qu’on y penche l’oreille. Un album tout en douceur, qui invite au voyage et qui donne l’impression d’une certaine légèreté. Un très bon album atmosphérique comme on en fait peu, aujourd’hui… L’expérience est encore plus flagrante en concert, où le groupe sait prendre son public par la main et l’amener dans une autre dimension…

 

TRACKLIST:

1.Yonder

2.Breach

3.Sealed

4.Indelible

5.Keystone

6.Hidden Passenger

7.The Great Obivion

8.Sad and Slow

9.Silver Gate

 

Le groupe est donc sur les routes de France et a entamé « Le Grand Voyage Tour ». Ils seront notamment à Orléans, le 28 Novembre ; et à Audincourt, le 30 Novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *