Journal de bord de l’Xtreme Fest – Jour 3

Jour 3 (enfin 2, enfin t’as compris quoi) 

Réveil à 8h30, pas peu fière de cette exploit j’étais habillée, douchée, hydratée pile à l’heure pour voir Justine et Ta gueule à la x-cage. Ça crie très fort sous un soleil de plomb, et je me dit que celui ou celle qui a eu l’idée de la x-cage devait être sacrément sadique. Ça ne s’appelle pas Xtreme pour rien. Comme si le soleil désinhibait les foules j’ai trouvé tous les concerts de la X-Cage géniaux, bruts, punk à souhait, et puis c’est mieux que la sonnerie de ton portable comme réveil non ? 

Petit passage au Super U du coin pour se ravitailler en chips, bière et pompotes (pour votre santé mangez 5 fruits et légumes par jour) et on est de retour sur la plage de Cap Découverte juste à temps pour assister à cet exploit, que dis-je, ce grand moment du sport français, j’ai nommé Le Record de Circle Pit Aquatique. Avec gros pickup monster truck et hardcore crachouillé dans des enceintes s’il vous plaît. 

Vous étiez essoufflés, dégoulinants, souriant, vous étiez beau et vous méritez cette victoire. Petit Big Up au maître nageur sauveteur qui surveillait la zone, c’était sûrement le point d’orgue de sa carrière, et personne ne s’est noyé. 

Shame on Marion,… Pendant ce temps, je faisais un aller retour à ma tente pour récupérer des affaires,je n’ai malheureusement pas pu immortaliser ce moment historique, mais vous pouvez admirez ces magnifiques licorne flottante voguant au gré du vent…

On se dore la pilule (avec de l’indice 50+) tout l’aprem et on rentre sur le téléphérique bouillant, c’est bien les vacances hein ? 

Et nous revoilà au frais devant la Family Stage pour voir les barcelonais de Kids Of Rage chauffer thermostat 20 les rares survivant.es à l’insolation. C’était ma petite claque de la journée, le son était propre, le public initié, les lights bien accordées pour nous habituer doucement à l’obscurité et j’étais assez triste de quitter la salle pour aller interviewer Olga des Toy Dolls (interview à retrouver ici ). 

Vous vous doutez bien qu’une fois dans l’espace presse en face d’un monument de la musique comme Olga cette tristesse m’était passée. 

On enchaîne avec les interview de Martin de No Turning Back (ici) et des Casualties (ici), y en a qui bossent à l’Xtreme Fest ! (J’en profite d’ailleurs pour remercier toute l’équipe de com’ qui nous a permis de faire ces interviews, et puis tous les bénévoles sans qui tout ça serait bien nul. Voilà. C’est dit. Love <3) 

Martin qui venait tout juste de finir son concert, bourré d’adrénaline (pas le temps de chômer avec les artistes !). Ce mec est pour moi une révélation, il m’a émue. Tous le long de l’interview je l’ai senti passionné et surtout émerveillé par le festival, l’accueil qu’il a reçu et ce lieu fantastique. Et je le comprends que trop bien. Du début à la fin nous avons aussi reçu un accueil chaleureux et l’organisation était incroyable.

Un festival à taille humaine, surpassant la qualité des plus grands. Cœur sur vous la Zguen Family !

Avec nos aller-retours entre l’espace presse, les scènes, et les foods trucks (je travaille mieux le ventre plein, ok ?) on entrevoit le début du set des Casualties et le début du set d’Ignite, deux salles deux ambiances. Les premiers rameutent leurs compères crêteux sur la Zguen Stage (à l’exterieur), et balancent leur slogans à une vitesse phénoménale. Dommage que l’heure qui leur a été attribuée était celle du coucher de soleil, bien trop hippie pour nos quatre lascars qui auraient mérité une scène de nuit (pour mettre en valeur leurs magnifiques coupes de cheveux). 

À ce propos parlons-en, les gars d’1m90 qui se font une crête de 20 cm pourriez-vous avoir l’obligeance de vérifier que quelqu’un de petit ne se trouve pas derrière vous ? Merci. Signé: les hobbits. Vous avez pourri tout mes rush vidéos, mais j’vous aime quand même.

Les seconds (Ignite donc, si tu as suivi) on remplit la Family stage d’un son un peu plus mélodieux mais d’une énergie qui me ressemble moins. (Ma mère m’a toujours dit qu’on ne disait pas « j’aime pas » mais « j’aime moins » donc t’as compris où je voulais en venir.) Je laisse donc leurs fans les défendre, et je vais m’installer tranquillement devant la scène qui va accueillir les Toy Dolls. 

Il ne faut pas oublier que nos potes d’Ignite arrivent de Californie, le soleil Californien apporte souvent des groupes assez mélodique vous avez remarqués?  L’énergie du Hardcore des 90’s  est pourtant bien présent (et oui cela fait depuis 1993 que ces messieurs sont dans la place!). Inspirés de groupes tels que Bad Religion, Agnostic Front ou encore Suicidal Tendencies leurs albums sont très éclectiques. Et on aime ça !

Deuxième Toy Dolls’ Party pour moi puisque je les avait vu au Hellfest en 2016, je retrouve avec plaisir l’énergie de ce punk comique à la voix si singulière. Je vais être honnête avec vous mon oreille musicale s’arrête à la reproduction de mélodies. Je suis incapable de vous dire si les instruments sont accordés, si le son est bien réglé, si le chanteur est enroué ou si les lights sont en rythme. Je jauge les concerts à l’intensité du pit, aux sourire sur le visage des gens qui m’entourent, à la soif qui se fait sentir, aux chansons reprises en choeur… Et là c’était un 20/20. On comprend vite pourquoi les Toy Dolls ont une fanbase aussi durable, et on en redemanderait presque (pour les toulousains ils passent en concert le 8 décembre 2019 au Bikini pour leur dernier album et leurs 40 ans de carrière.) !

Les bonnes choses ayant toujours une fin nous nous dirigeons une dernière fois vers la scène intérieure pour voir le dernier concert de la soirée: Sick of It All. Salle bondée depuis l’entrée, étage plein à craquer, tout le Gotha de l’Xtreme Fest est venu voir les têtes d’affiches de la soirée. Et personne n’est déçu. Ça se trémousse jusque dans les balcons, le pit est compact, il fait chaud, il fait beau, on est …. bien, oui c’est ça ! Quoi de mieux que de terminer cette journée avec un bon « Scratch the Surface » dans les oreilles ? 

Pour les avoir vu deux fois en moins de 6 mois, c’est un groupe qui pour moi sera toujours a la  hauteur de mes espérances. L’énergie qu’ils ont sur scène est tout simplement affolante, Comment des personnes qui ont 30 ans de plus que moi peuvent autant m’épuiser ?! Le balcon offrait une vue incroyable sur le show mais aussi sur la foule, voir de haut des circle pit et des wall of death avec tous ces fauves dans la foules prêt à ce jeter les uns sur les autres était super!

 

Léa & Marion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *