JOUR 1: Megasound @Espace Culturel Jean Carmet, Angers (15 Novembre 2019)

Les 15 et 16 Novembre derniers, la périphérie d’Angers a accueilli la 1ère édition du Megasound. Une édition presque sold out avec très belle affiche, qui comptait alors : No One Is Innocent, Tagada Jones, Dagoba, ou encore Ultra Vomit… On peut dire que c’est un essai transformé pour le festival !

 

Kicked to Heaven :

Kicked to Heaven est un groupe de hard’n’morris (c’est-à-dire des influences qui vont du punk au blues avec une guitare accordée en Mi) formé en 2016 et originaire d’Angers. Le line-up est donc composé de Tib (guitare), Alex (chant), Polo (basse) et Yannos (batterie). Ils ont arpenté la région (49), mais ont également entrepris une tournée des PMU vendéens…

Le groupe a eu la chance d’ouvrir les hostilités et donc d’être le premier groupe à jouer pour cette première édition du festival. Un groupe que je ne connaissais pas : en effet, puisque c’est la première fois que je me perd hors de mon secteur habituel et que je me rend à Angers. Ici, on retrouve une certaine rigueur mais aussi une complicité et des sourires. C’est essentiellement le chanteur qui fait le show : avec son charme ravageur, son jeu de chapeau indéniable ; celui-ci est même prêt à se mettre à genoux pour conquérir le public…

SETLIST :

  • The Offering
  • Fail
  • Take a Breathe
  • Culture du Vice
  • Kicked to Heaven
  • Bloody Diner
  • Black Cat

 

No Class :

No Class est un groupe tribute Motörhead, formé en Septembre 2012. Le line-up est alors composé de Will (guitare et chant), Phil (basse et chant) et Clem (batterie) ; tous les 3 tombés amoureux des premiers albums de leur idole (1978-1983). Depuis 2013, le groupe se produit et notamment dans les concentrations de bikers, les conventions de tattoo ; mais a également fait la première partie de Vulcain lors de leur « V8 Tour ».

Tout comme le Maître, le groupe tribute met en valeur le bon vieux rock’n’roll des années 1970 et 1980 ; en faisant crier leurs instruments. Une guitare lourde, une batterie ronde, mais surtout une basse bien grasse et un chant grave… La ressemblance est à s’y méprendre : en fermant les yeux, on pourrait presque se croire devant Lemmy Kilmister, Mikkey Dee et Phil Campbell ! Pour le festival, le trio tribute s’est même offert un featuring inattendu avec Kemar, chanteur de No One Is Innocent, sur la chanson « Ace Of Spades ».

SETLIST :

  • Shoot You In The Back
  • Iron Fist
  • Jailbait
  • Metropolis
  • Capricon
  • I Got Mine
  • Ace of Spades feat. Kemar
  • Bomber
  • The Hammer
  • Overkil

 

No One Is Innocent :

No One Is Innocent est un groupe de rock, formé en 1994 ; qui tire son nom d’un single des Sex Pistols, sorti en 1978. Le line-up est composé de Kemar (chant), Bertrand Dessoliers (basse), Gaël Chosson (batterie), François ‘Shanka’ Maigret et Popy (guitares). Le groupe a notamment fait la première parte de Motörhead en 2012, et celle d’AC/DC en 2015 ; ils ont également fait un premier passage au Hellfest en 2016, renouvelé en 2019.

Le concert commence les lumières éteintes; et on entend alors une sirène retentir : annonciatrice de l’arrivée des membres du groupe. Le premier a faire son entrée est Gaël, le batteur, tout sourire ; suivi par Bertrand, le bassiste, puis par Shanka et Popy, les guitares et enfin, Kemar le chanteur. Après avoir vu déjà 3 fois le groupe sur scène cette année, je sais à quoi m’attendre : une énergie folle limite bestiale, des sauts périlleux, ainsi que de la proximité avec le public… La chaleur s’intensifie avec l’arrivée de Niko Jones aux côtés de Kemar, formant alors un duo voix, pour la chanson « What the Fuck » issue de leur dernier album « Frankenstein ». Enfin, le groupe invite son public à monter sur scène pour mettre le chaos, comme une sorte d’hommage aux paroles de la chanson « Desperado » ; un joli final pour clôturer leur show…

 

Tagada Jones :

Tagada Jones est un groupe de punk formé en 1993 et originaire de Rennes, en Bretagne. Le line-up est composé de Job (batterie), Waner (basse), Stef (guitare) et Niko (guitare et chant). Après une longue tournée pour la promotion de leur dernier album « La Peste et le Choléra » en France et à l’étranger ; le groupe reprend la route des studios et propose à leur public deux dates uniques de release du futur album, en Novembre 2020.

Le concert débute par une introduction plutôt longue qui prépare le public ; une certaine excitation monte et donne vraiment envie que le spectacle commence! Les musiciens arrivent sur scène et tout démarre rapidement. Tagada Jones reste ce qu’on a l’habitude de voir : messages politiques et sociétaux appuyés, une bonne énergie et de la sueur tout au long de la prestation… Mais ce soir là (et quelques autres dates également), le groupe invite leurs camarades de No One Is Innocent à les rejoindre sur scène (mais également Loran Béru) ; ils enchaînent alors tous ensemble une série de titres : l’occasion rêvée de combler les personnes qui sont fan à la fois de Tagada et de No One. J’avais l’impression que le show n’allait jamais finir (pour mon plus grand bonheur) ; on sent alors l’amitié et le plaisir qu’ils ont de jouer ensemble : une aubaine pour moi de pouvoir apprécier ce qui se dégage de tous ces artistes.

SETLIST :

  • Envers Et Contre Tous
  • Zéro de Conduite
  • La Peste et le Choléra
  • Yech’ed Mat
  • Instinct Sauvage
  • Karim & Juliette
  • Tout Va Bien
  • Pas de Futur
  • Descente aux Enfers
  • Le Feu aux Poudres
  • Pertes et Fracas
  • Les Nerfs à Vif
  • Vendetta
  • Vendredi 13
  • Je Suis Démocratie
  • Mort aux Cons

Rappel

  • Cargo
  • Medley Para

 

En remerciant, l’Espace Culturel Jean Carmet qui a permis les concerts de ce soir-là; AMC Productions pour l’accréditation photo; les groupes pour leur gentillesse et leur temps; l’accueil reçu et les personnes rencontrées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *