[Interview] Tony Perry (Pierce The Veil)

Nous avons eu la chance de pouvoir interview Tony Perry, l’un des guitaristes du groupe Pierce The Veil, lors de leur venue en France le 29 octobre dernier.

L’album Misadventures est sorti presque 4 ans après Collide With The Sky. Était-ce un long processus ? Avez-vous rencontré quelconque difficultés en le réalisant ?

Ouais ! En fait, c’est comme ça que le nom de l’album a été choisi, on a eu tellement de mésaventures en essayant de le faire. Vous savez, on pensait qu’il serait terminé beaucoup plus tôt et quand nous sommes allés en studio, nous avons dû retirer quelques chansons qui ne lui correspondaient pas. Donc, on a pris beaucoup de temps pour ça, à écrire de nouvelles chansons. Nous avions déjà des tournées prévues donc on a dû arrêter ce que l’on faisait en studio, faire ces tournées et revenir. Quand nous sommes revenus, Vic (Fuentes) est resté coincé en studio pendant tellement de temps… Il avait un peu le syndrome de la page blanche, il avait du mal à choisir les paroles. Alors, il a quitté le studio et a habité dans différents endroits, comme des appartements etc… un peu partout aux États-Unis, jusqu’à ce qu’il trouve son inspiration et termine entièrement la tâche.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour cet album ? A-t-il changé quelque chose dans la façon dont vous travaillez en tant que musiciens ? Dans votre vie ?

On est toujours inspirés par… vous savez ça change toujours. Une grande partie sont les groupes avec qui nous tournons et l’autre grande partie c’est juste la vie en général. Quand on écrit nos chansons, on les emmène en studio, on les joue tous ensemble, encore et encore, jusqu’à ce que l’on se fasse une idée de comment elles sonneront en live. On essaye d’écrire des chansons dédiées aux concerts parce que c’est la partie amusante. Vous devez faire en sorte que quand vous les jouez à une foule, les gens sauteront pour cette partie, seront excités ou chanteront tout le long. Et donc beaucoup de nos lives nous inspirent pour écrire des chansons et les dédier à ces concerts.

D’où l’idée de l’artwork de l’album est-elle venue ?

L’artwork était l’idée de Vic (Fuentes). Vous savez, quand on a commencé le groupe, on avait l’habitude de donner des flyers pour tous nos concerts, quand internet n’était pas encore simple pour tout le monde. On s’asseyait à l’extérieur de concerts d’autres groupes et on donnait nos flyers au prochain. Beaucoup d’entre eux (les flyers) étaient un peu dessinés à la main ou, vous savez, vous imprimez le logo de quelqu’un et le scotchez. Vous faites une copie de ça et ils ont toujours l’air un peu « ghetto ». Il y a du scotch, et vous pouvez voir les marques de des papiers. On voulait que cela ressemble à ça, on voulait que ça soit dessiné à la main et aussi parce que tellement de fans ont dessiné l’album précédent, et nous donnaient des cadeaux, etc. On pensait que ça serait cool d’avoir quelque chose qui se verrait similaire, dessiné à la main et qu’ils (les fans) pourraient y prendre des pièces. On voulait qu’il y aie beaucoup d’images, et qu’à chaque fois que vous le regardez, vous y trouviez peut-être une caractéristique différente.
Hortense : C’est ce que je pensais !

Vous avez pris votre temps pour cet album, en travaillant sur chaque détail et on pense qu’il est très bon. Prendre le temps pour le faire a permis de réaliser quelque chose qui a du sens et pas seulement pour donner quelque chose aux fans qui le demandaient. C’est vraiment important pour vous, non ?

Ouais.. Hm, je veux dire, on ne voulait pas que ça prenne autant de temps mais on voulait être certains, parce que l’album Collide With The Sky était un grand album pour nous, vous le savez. Il nous a menés dans des endroits que jamais nous ne pensions aller, on a gagné beaucoup de nouveaux fans. Donc, il y a cette pression mais on voulait être sûrs que cet album était tout ce que l’on voulait faire parce qu’il a beaucoup plus de gens intéressés cette fois-ci. Ça a pris du temps mais beaucoup de fans étaient derrière nous « et ça va sortir quand ? ». Beaucoup étaient un peu méchants mais la plupart d’entre eux nous ont soutenu et ça nous as un peu soulagé et rappelé que tout le temps, il y a des gens qui sont excités comme nous.
H : parce que quand votre album est sorti, nous étions vraiment vraiment excités, c’était vraiment bien, un super album.
T : Merci!

Le groupe existe depuis 10 ans maintenant. Êtes-vous fiers de votre évolution en tant que groupe, en tant que personne ?

Ouais.. Ça fait longtemps ! (rires) C’est fou quand tu sais que tu ne pensais pas que tu allais changer musicalement ou quoi… et on essaye même pas ! C’est pas comme si l’on sortait un disque et que l’on faisait quelque chose de vraiment différent. C’est comme ça. Vous savez, au fil des années, 4 ans comme tu as dit, c’est très long. Pendant 4 ans, beaucoup d’albums sont sortis, beaucoup de musique différente que l’on pourrait écouter. Tu prends toujours une petite partie de ça avec toi. Mais ouais, vraiment heureux de notre transition en tant que groupe.

Qu’est-ce que ça vous fait de faire enfin une tournée en Europe en tête d’affiche et pas seulement partir en tournée avec Sleeping With Sirens comme en 2015 par exemple ? Étiez-vous anxieux à ce propos, excités ?

Vous savez, c’est bien, c’est tellement bien. La dernière fois que nous sommes venus, je crois que c’était avec Bring Me The Horizon, il y a 5 ou 6 ans.
H : Non, c’était en 2013 !
Il y a 3 ans ? Ouais ! Ça fait longtemps. Oui, ça fait du bien d’être enfin de retour, c’est vraiment excitant d’être en tête d’affiche, parce que quand on a commencé, on ne savait pas si on arriverait aussi loin, si on aurait assez de fans pour faire une tournée en tête d’affiche. C’est un sentiment vraiment agréable.

Quand vous pensez à la France, quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit ?

La première chose ? Je ne sais pas encore, j’aurais bien dit le public, mais la dernière fois que nous sommes venus, avec Bring Me The Horizon, personne n’était réellement venu pour nous voir, tout le monde était venu pour BMTH.
H : Beaucoup de gens sont venus pour vous voir en fait!
Oh, nous n’avons pas vraiment eu ce sentiment. Cette fois-ci, nous sommes vraiment excités. Quand on y pense, on est juste excités d’être là, on parle de ce concert depuis longtemps.

Qu’est-ce vous aimez le plus à propos de notre pays ?

Nous sommes seulement venus quelques fois, vous devez me montrer ce que je dois faire ici pour vraiment apprécier la France. J’ai seulement vu la salle de concert, donc je ne sais pas trop.
H : Vous devez visiter Paris !
T : Nous n’avons jamais eu la chance de pouvoir le faire, c’est le problème parfois avec les tournées. Il y a toutes ces villes… Nous voyons les salles de concerts, ensuite le concert se termine, il est tard et enfin on s’en va. Nous n’avons pas l’habitude d’explorer.
A : Cet endroit est superbe !
T : Je veux bien le croire, je dois venir voir !

 

Merci à Hortense Vieussens pour son aide et sa participation.

fromthemorgue

20 ans. Amoureuse de la musique, qu'importe le genre. J'écris principalement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *