Déluge : Aego Templo

Les français de Déluge ont sorti leur deuxième album Aego Templo via le label Metal Blade hier (06 novembre 2020). Quid de ce deuxième opus après un Aether très prometteur?

Ceux qui s’attendaient à un Aether Bis peuvent clairement passer leur chemin, Aego Templo lorgne définitivement plus du côté du Post-Rock (voir Post-Hardcore) que du Post-Black et plus du côté Converge que vers Au Dessus. A croire que le terme “Untrve” leur va au final plutôt très bien.

Aego Templo signifie “Je suis le temple” en latin.

Le chant en français alterne entre voix claires et cris, et les parties instrumentales sont autant puissantes que très mélodiques le tout bercé par les bruits de l’océan sur une grande partie de l’œuvre. Cet album se veut plus accessible que son prédécesseur mais n’est pas ce qu’on pourrait qualifier de fade même si certains morceaux n’ont pas vraiment réussi à capter mon attention.

Maxime Febvet (chant) propose ici des textes avec des thèmes s’orientant vers la personnalité ainsi que la construction et la reconstruction de soi-même. En soi rien de très Black Metal à la vue des thématiques abordées.

On retrouve un featuring sur le titre Gloire Au Silence avec le chanteur du groupe japonais envy : Tetsuya Fukagawa qui déclame ici un long texte en japonais. A noter également les présences de la vocaliste Hélène Muesser sur Abysses, Aego Templo et Digue et de celle du saxophoniste Matthieu Metzger sur Opprobre.

Déluge sait très bien marier les parties les plus violentes avec celles beaucoup plus calmes et mélodieuses. Chaque morceau s’imbrique très bien avec celui qui le suit sur la Tracklist (notamment le changement de Gloire Au Silence à Aego Templo), Aego Templo est un Tout et même si certains titres peuvent moins toucher que d’autres c’est une évidence.

Certains morceaux proposent des petites touches de nouveauté comme Baïne avec ses notes de piano et ses sonorités quelque peu électro.

En soit, Déluge n’a pas sorti l’album de l’année mais ils s’en sortent sans encombre pour la suite de leur carrière. Aego Templo est une belle œuvre où le groupe distille ses influences avec parcimonie. Une belle surprise pour cette fin d’année!

Tracklist :

01. Soufre
02. Opprobre
03. Abysses
04. Fratres
05. Gloire Au Silence (avec Tetsuya Fukagawa de ENVY)
06. Ægo Templo
07. Baïne
08. Digue
09. Béryl
10. Vers

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *