Deep Purple – Whoosh !

Initialement prévu pour le 12 juin, Deep Purple se voit repousser la sortie de son nouvel album, Whoosh !, à début août. Il s’agit du ving et unième album du groupe qui a vu le jour aux côtés de Bob Ezrin. Déjà présent sur les albums Deep Purple, Now what ? et Infinite, il travaille également avec Kiss ou encore Alice Cooper. On peut donc se demander ce que les anglais vont nous réserver après toutes ses années, car d’après Ian Gillan le groupe a encore des choses à montrer et ne compte pas prendre sa retraite !

Whoosh ! nous surprend par des titres courts, d’environ trois à quatre minutes et on ne se lasse pas, ni n’ennuie durant notre écoute. Le temps des longs morceaux semble être derrière nous. On commence avec Throw My Bones qui nous met directement dans le bain, avec cette petite touche funky où le clavier est bien présent, tout comme le refrain qui reste facilement en tête. Mais l’énergie arrive véritablement avec Drop The Weapon qui est l’un de mes titres préférés. Le groove est bien présent, les chœurs sont sympa et le groupe n’en abuse pas. Certains riffs sont facilement reconnaissables et nous font penser aux albums précédents. Une très bonne chanson avec un message important caché dans les paroles, celui de la volonté d’un monde meilleur, notamment grâce à l’interdiction des armes. Les chœurs refont surface dans le titre suivant, We’re All the Same in the Dark, qui a une touche plus pop et qui nous montre que l’album est plein de surprises et que l’on est pas prêt de s’ennuyer durant notre écoute. Nothing at All est le titre qui nous propose le plus de complexité, ainsi que la session rythmique entre le batteur et le bassiste. On reste malgré tout dans quelque chose de mélodique, de calme, de doux qu’apporte en grande partie le clavier. No Need to Shout nous sort de cette ambiance pour donner quelque chose de plus entraînant, toujours avec cette petite touche pop qui semble être l’un des fils conducteur de l’album. Les chœurs ne sont pas sans rappeler un petit côté gospel qui colle parfaitement au morceau. Mais c’est avec Step By Step que l’ambiance change radicalement, l’introduction de ce titre aurait totalement sa place dans un film d’horreur. On passe à quelque chose de plus mystérieux, de plus sombre alors que le début de l’album restait dans une ambiance positive, claire. La pop est aussi laissé de côté pour retourner à quelque chose de plus prog.

What the What nous fait également changer de style, avec ce rockabilly prêt à exploser d’énergie et de bonnes ondes. Ça redonne un certain punch à l’album, d’autant plus que la voix du chanteur s’y prête parfaitement, j’aurai aimé avoir plus de titres de ce style dans cet opus ! On continue avec The Long Way Round, en plus de son solo marquant, j’ai eu le sentiment d’écouter un vieil album du groupe de par les sonorités progressives et presque agressives. Mais c’est parlé bien vite car les deux titres suivants ne donnent pas cette même énergie. The Power of the Moon porte bien son nom, car on a vraiment ce sentiment de nuit qui tombe et de l’influence de la lune, cela donne une ambiance particulière, presque mystique et surtout très calme, même quand la guitare explose en même temps que la voix. Un titre presque ovni mais que j’ai fini par bien aimé, malgré une première écoute qui ne m’avait pas totalement convaincu. Remission Possible a également son univers propre mais déjà plus similaire aux titres précédents. Deep Purple joue avec les sonorités et le début semble être totalement expérimental. Ce titre est le plus court et se compose exclusivement d’instruments, il fait une très bonne introduction à Man Alive, qui continue dans cet aspect mystique, planant. On garde ce côté expérimental qui semble caractériser la fin de l’opus, que l’on peut facilement découper en deux parties. On approche doucement de la fin avec And the Adress qui redonne de l’énergie et semble un peu nous réveiller. Des riffs très sympathiques, pleins d’entrains, tout comme le dernier titre Dancing in my Sleep qui nous propose, à nouveau, de nouvelles sonorités plus électroniques et avec un petit côté oriental pour enchaîner sur une voix presque robotique.

Whoosh ! est un album surprenant. En lançant ma première écoute, je ne m’attendais pas à autant de diversités, autant d’ambiances différentes et de changements de styles, oscillant clairement entre la pop et le prog, même si le petit titre rockabilly est très bon ! On ne s’ennuie pas, Deep Purple nous propose un peu de tout et chacun peut trouver ce qui va lui plaire le plus dans cet album.

Tracklist : 

Throw My Bones
Drop The Weapon
We’re All the Same in the Dark
Nothing at all
No need to shout
Step by Step
What the What
The Long Way Round
The Power of the Moon
Remission Possible
Man Alive
And the Adress
Dancing in my Sleep

 

 

Gloomy

Totalement dingue de metalcore, de pizza et de Red Bull.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *