[Chronique] Vader-Solitude In Madness

 

 

 

Dans un très court passé, j’ai découvert Vader. J’avais longtemps vu les pochettes de Revelations et The Beast traîner chez mon disquaire. Un jour j’ai eu un peu trop d’argent à dépenser. Le groupe ne m’intéressait pas tant que ça mais je me suis tout de même résigné a prendre ces deux skeuds et je suis parti réglé le dû a la caisse. Je ne me souviens ne pas les avoir écouté tout de suite. Les jours, semaines, mois ont défilé.

Un beau jour, j’ai sauté le pas. J’ai regardé leurs pochettes, puis j’ai choisi The Beast car je trouvais celle de Revelations moins attrayante (pour ne pas dire moche). Ce fut la claque. J’ai adoré cet album, je l’écoutais en boucle dans l’auto et dans mon lecteur radio portatif (aussi appelé portable pour les gens normaux). Puis, après avoir suffisamment entendu le début de ‘Dark Transmission’, (qui cela dit est ma préféré du groupe), je me mis a Revelation. Un bon album, mais je l’ai trouvé moins marquant que le précédent.

Bref, après la bonne découverte de Vader je n’ai mais alors pas du tout suivi les sorties de ce groupe que j’apprécie réellement (ce qui est con vous en conviendrez). Ce qui nous emmène donc à l’écriture de cette chronique sur l’album ‘Solitude in Madness’. J’ai appris son existence complètement par hasard, ce qui m’a permis de refaire la même démarche : découvrir l’album et ( par la même occasion) redécouvrir Vader. C’est comme cette relation de courte durée au lycée qui reviens à la quarantaine en ayant mûrit et appris à aimer . Sauf que là c’est Vader et moi, et l’amour se passe a grand coup de scie déchiquetant des membres en masse, tout en dévorant des bébé pingouin sur la falaise surplombant le Styx a perte de vue.

J’aime cette album, comme j’ai aimé ‘The Beast’, j’aime ses riff tranchants, la rapidité et la voix angélique de Piotr Wiwczark. Les 29 minutes de l’album passent toutes seules. Lors de ma première écoute, j’ai eu cette impression d’entendre quelque chose que je ne connaissait pas, de la nouveauté, alors que c’est du Death Métal tout ce qu’il y a de plus basique (avec une bonne maîtrise certes), mais rien de révolutionnaire. Je pense que cela vient des guitares qui sont très Thrash, un style que j’écoute assez peu. Cela fait plusieurs jours que j’écoute en boucle cet album et après avoir commencé a le digérer, je pense qu’il faut l’écouter de A à Z juste en se posant devant sa chaîne Hi-Fi, ordinateur ou au casque; on a plus d’éléments musicaux qui nous sautent au nez.

Concrètement, c’est ultra efficace. Avec peu de moments de répit. J’adorerai les voir sur scène jouer la totalité de cette galette pour me rendre compte de si c’est un album aussi bon a écouté chez soi qu’a vivre en live. Pour le moment, en Mai 2020, je n’ai encore jamais vu Vader. Je serais incapable de dire si c’est une bonne expérience ou non.

En somme, je n’ai pas grand chose a dire sur cette album et sur Vader car je trouve l’album tout ce qu’il y a de plus classique, avec une férocité et une débauche d’énergie qui me manquait lors de mes dernières découvertes de groupe de Death Metal. Je pense que chez certaines personnes les riff omniprésents sont un peu toujours a la même sauce les font un peu décrocher ; mais pour ma part ils ont très bien fonctionné et rajoutent une belle oppression a l’opus.

Je vous conseille l’écoute de ‘Solitude in Madness’, en particulier les morceaux ‘Sanctification Denied’ et ‘And Satan Wept’ qui me font péter un câble. Enfin, si vous je devais vous en conseiller un seul, ‘Into Oblivion’ est selon moi le morceaux le plus abouti de l’album. Mais je vous conseille aussi de tout écouté d’une traite, c’est beaucoup plus intéressent et envoûtant au fur et à mesure des morceaux. Il n’y a ni de moment mou, ni d’écart entre les morceaux. Ils sont tous de très bonne facture et ‘Solitude In Madness’ y vas crescendo dans toute la construction de l’album.

Bref de belles écoutes pour ma part, classique, rien de révolutionnaire mais du bon Death Metal ‘Technique’. 

 

 

 

Tracklist de Solitude In Madness

 

 

01. Shock And Awe
02. Into Oblivion
03. Despair
04. Incineration Of The Gods
05. Sanctification Denied
06. And Satan Wept
07. Emptiness
08. Final Declaration
09. Dancing In The Slaughterhouse
10. Stigma Of Divinity
11. Bones

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *