[Chronique] Tagada Jones – La Peste Et Le Choléra

Tagada Jones est de retour avec un nouvel album studio qui sortira ce vendredi 3 mars sur le label At(h)ome, que vaut donc “La Peste Et Le Choléra”?

Cet album est composé de 12 titres dans la veine de ce que le groupe a l’habitude de nous proposer, du Punk Hardcore engagé qui promet des concerts furieux.

Ouverture de l’album avec “Vendredi 13” dont le clip sortira également ce vendredi fait référence au sombre Vendredi 13 novembre 2015. Que dire de ce morceau qui ne cicatrise peut-être pas la blessure de ces événements mais qui fait du bien (un peu comme le “Good Fuckin Luck” des Butcher’s Rodeo, toujours à retrouver chez at(h)ome) avec son break qui permet de repartir avec fureur sur la fin du morceau.

Le deuxième titre est le premier titre à avoir été dévoilé à savoir “La Peste Et Le Choléra” (clipé par Mathieu Ezan), texte coup de poing sur des sujets d’actualité brûlants qui reviennent plusieurs fois sur cet album, comme l’afflut de migrants

“Guns” est le morceau anti-Trump par excellence, le refrain sera sûrement repris par le futur public de cet album (si joué en live) avec ses riffs très Metal,  cet album ne devra, pour l’instant , décevoir en rien les affionados de Tagada Jones.

“Pas De Futur” sonne clairement comme un “No Future” comme les Pistols auraient pu l’écrire, ce morceau est un appel à la révolte, à la tolérance mais aussi un hymne à la différence.

L’inédit “Je Suis Démocratie” sortie à l’époque des attentats contre Charlie Hebdo a trouvé sa place dans cet album entre tout les textes forts et fera toujours son effet en concert.

Pour conclure l’album “Le Point de Non-Retour” reste un titre très fort comme seul Tagada Jones peut le faire, un morceau avec un texte qui “prends aux tripes” avec la voix reconnaissable entre mille qu’est celle de Niko.

En finalité, cet album est clairement le meilleur album que Tagada Jones est pu sortir depuis quelques temps (même si “Dissident” méritait de l’intérêt), chaque morceau a une histoire réelle, les textes portés par la voix de Niko sont à prendre comme des coups de poings et nul ne doute qu’en live les morceaux prendront toute leur dimension repris par ce fameux public de “Dissidents” dont nous ferons partie prochainement. Avec des morceaux comme “Guns”, “Vendredi 13” ou encore “Enfants Des Rues”, le groupe nous prouve encore que même si ils n’ont plus 20 ans, ils sont encore bien présents sur la scène française et pourra attirer un public relativement large.

Une petite note sur le très bel artwork réalisé par Jean Le Boulanger qui illustre parfaitement le contexte de cet album.

Tracklist :

1-Vendredi 13

2-La Peste Et Le Choléra

3-Pertes Et Fracas

4-Envers Et Contre Tous

5-Guns

6-Mort Aux Cons

7-Le Monde Tourne à L’Envers

8-Narcissique

9-Enfant Des Rues

10-Pas De Futur

11-Je Suis Démocratie

12-Le Point De Non-Retour

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *