[Chronique] Sikth : The Future In Whose Eyes

J’ai découvert Sikth en première partie de Trivium lors de leur tournée européenne ayant peu apprécié leur performance mais étant apte à laisser une deuxième chance, je me suis penchée sur leur prochain album à venir le 2 juin prochain via le label Millenium Night. Après avoir jeté un oeil à leur bio, le lien avec Periphery ou encore Tesseract (groupes qu’ils ont influencés) n’est pas ce qu’il me semble le plus flagrant mais n’étant pas grande amatrice de ces deux groupes, je passe peut-être à côté de quelque chose surtout que Sikth serait apparemment le fer de lance de toute la mouvance “djent” de ces dernières années malgré un hiatus en 2007, “The Future In Whose” Eyes” est donc leur premier album depuis un très long moment.

Pour les amateurs de System Of A Down/ Korn, ce groupe reste intéressant, la voix de Mikee étant relativement proche d’un Daron Malakian ou empruntant encore des tonalités comme celles de Jonathan Davis. Peu original vous me direz effectivement Sikth pourrait être considéré comme un groupe vu et revu (ou plutôt entendu et ré-entendu) mais les parties instrumentales pourrait presque se détacher du lot comme notamment le morceau “The Aura” où le chant clair de Joe apporte réellement un plus au morceau, et dont le mariage vocal avec Mikee reste vraiment intéressant et mélodieux. Le premier morceau de l’album “Vivid” n’est clairement pas ce qu’on pourrait appeler une bonne intro alors qu’il est pourtant le premier single extrait de cet album avec son instrumental qui penche du côté Neo-Metal on pourrait croire que Korn n’est vraiment pas loin. “This Ship Has Sailed” est un interlude parlé entre cinq morceaux déjà peu alléchants avant d’enchaîner sur “Weavers Of Woe” dont l’intro promet un excellent morceau en live (notamment après avoir Mikee sur scène on ne doutera pas que ce dernier saura faire bouger le public comme il se doit) et le refrain permettra de calmer les esprits avant de relancer des couplets presque “hurlés”, le morceau est vraiment bon et est pourtant un vrai coup de coeur pour ma part. L’album arrivera t’il à décoller après ce morceau? A priori, oui, les riffs incisifs de “Cracks Of Light” et la voix de Mikee nous plonge dès le début dans une ambiance presque planante et plutôt appréciable avant que Joe n’arrive avec une voix mélodieuse à souhait, ce morceau sera également idéale dans leurs prochains sets. Un deuxième interlude “The Moon’s Been Gone For Hours” permet une pause après trois excellents morceaux et nous montre une nouvelle l’étendue du talent de conteur de Mikee avec sa voix si particulière. “Riddles Of Humanity” continue sur une excellente lancée alors que “No Wishbones” perd en qualité. L’album se conclut sur le morceau “Ride The Illusion” qui est un bon morceau final mais qui me laissera presque sur ma faim ainsi que sur l’interlude “When It Rains”.

En conclusion, Sikth nous livre ici un album excellent après les trois premiers titres plutôt moyens entrecoupés d’interlude qui permettent de déconnecter d’un album quand même très énergiques. Pour les amateurs du genre, penchez-vous sur ce groupe, pour les autres passez votre chemin.

Tracklist :

Vivid

Century Of The Narcissist?

The Aura

This Ship Has Sailed

Weavers Of Woe

Cracks Of Light

Golden Cufflinks

The Moon’s Been Gone For Hours

Riddles Of Humanity

No Wishbones

Ride The Illusion

When It Rains

Mary Motionless

28 ans. Passionnée de musique, de photographie et de modifications corporelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *