Bleed From Within – Fracture

Bleed From Within nous livre son cinquième album, deux ans après Era, tournée durant laquelle ils ont pu jouer aux côtés d’As I Lay Dying, Any Given Day ou encore Of Mice Of Men. Fracture a été produit aux côtés d’Adam “Nolly” Getgood (anciennement dans Periphery) qui s’est occupé du mixage audio et d’Ermin Hamidovic qui a géré le mastering. L’artwork reste simple, avec des couleurs et une signification profonde, est l’oeuvre du bassiste, Davie Provan. L’album, composé de dix titres, est disponible chez Century Media Records, dès le 29 mai.

Alors que l’album précédent était un mélange de violence, de qualité et de précision, on ne peut que s’attendre à avoir la même chose ici. Fracture s’ouvre sur The End Of All We Know, titre déjà partagé par les écossais. Aucune introduction, on entre directement dans le vif du sujet et une violence bien marquée. Le rythme change et des influences hardcore se font parfaitement entendre, avant de revenir à leur genre de prédilection et les cassages de bouches. Le refrain est porté par des chœurs, seul élément qui apporte un peu de douceur ici et qui est de courte durée. Ce premier titre est un très bon exemple de ce que sait faire Bleed From Within et laisse sous entendre que l’on écoute un album de qualité. Pathfinder a une introduction très étrange, enchaînant sur des pointes presque électro qui semblent avoir totalement leur place ici. N’oublions pas que le groupe se situe à la frontière de plusieurs genres musicaux, ce qui leur permet de ne pas s’enfermer dans des titres “types” comme on peut le voir ici. L’alternance violence avec la mélodie au moment du refrain donne un effet des plus réussit, notamment sur ce titre, qui va surement faire bouillir les fosses. C’est lourd, c’est gras et on ne peut qu’aimer. Les premières notes de Into Nothing sonnent et la dynamique a assez changé, on comprend que les influences de Lamb Of God ne sont pas très loin. La voix de Scott Kennedy est toujours aussi carré, maîtrisée et je l’apprécie particulièrement sur ce morceau. Ce dernier semble être dans la retenu et reste plus calme que les deux précédents.

 

On continue avec Fall Away qui, comme ces prédécesseurs, commence avec violence et rapidité. Une influence hardcore refait surface, avec des parties invitant clairement à du two step. Alors que le début promettait une violence pure, le reste du morceau descend progressivement au niveau de l’instrumental, pour mettre en avant la prouesse vocale de Scott. Un rythme certes ralentit mais qui ne perd rien en lourdeur. Fracture prend place doucement, dans un début énigmatique, presque flippant, que vient renforcer les paroles chantées dans un murmure. Le groupe se contient et on ne peut que s’attendre à une explosion, qui voit jour sous la forme de chœurs, qui donne une dimension totalement différente à ce que fais le groupe habituellement. Mais ce n’est que partit remise car le chant gutturale et de retour, pour le grand bonheur de tous.  Le titre suivant, Night Crossing, est en featuring avec Matt Heafy (Trivium) qui est souvent présent dans les albums, comme invité, depuis quelques années. Sa présence se ressent au niveau de l’instrumental, qui aurait clairement eu sa place dans le dernier album de Trivium (What The Dead Man Say). Si le featuring se fait sur un solo, je trouve cela assez intéressant, tout en restant dans la continuité de ne pas se limiter à un seul genre de Bleed From Within. Ce passage se reconnaît directement, de par sa profondeur mais également du changement d’ambiance, allant vers quelque chose de plus doux.

 

For All To See sonne, dans son début, comme du Trivium, un petit clin d’œil au titre précédent peut être ? Une profondeur nouvelle se fait sentir au niveau du refrain, qui part dans une mélodie ainsi qu’un canon, donnant quelque chose d’intéressant et de peu exploiter jusqu’à maintenant. De la violence, de la mélodie, des murmures, les écossais nous comblent de bonheur, tout en nous surprenant. Ascend commence sous un rythme digne d’une mitraillette et qui va certainement faire très mal en live. La voix est précise, rapide et cadré, chose qui revient tout au long de l’album. Utopia, le titre suivant, reste dans la même veine, prouvant que les membres savent ce qu’ils font et qu’ils le maîtrisent. Alternant avec certains univers, tout en revenant toujours à leur valeurs, on s’aventure jusqu’au dernier titre, A Depht That No Ones Dares. Ce titre prend ce qui est de plus commun aux différents genres musicaux sur lesquels ils oscillent pour les combiner ici. C’est un titre qui saura ravir un bon nombre de fans et restant plus accessible que d’autres morceaux de l’album.

Bleed From Within voulait sauter le pas, grandir vis à vis de leurs albums précédents et c’est un pari totalement réussit. Fracture est un très bon album et ne pourra que plaire aux plus grands nombres de leur fans. La violence, tant musicale, que vocale est l’atout principal mais ils ne se reposent pas que dessus, ce qui donne des titres rythmé, qui feront bouger n’importe quelle fosse.

Tracklist : 

The End Of All We Know
Pathfinder
Into Nothing
Fall Away
Fracture
Night Crossing
For All To See
Ascend
Utopia
A Depth That No Ones Dares

Gloomy

Totalement dingue de metalcore, de pizza et de Red Bull.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *