August Burns Red – Guardians

Le quintet de Lancaster revient avec un nouvel album, sortit le 3 avril. Il nous propose leur neuvième album, plus de trois ans après la sortie de Phantom Anthem. Il arrive aussi après la tournée anniversaire des dix ans de Constellations. August Burns Red met véritablement en avant le travail d’équipe sur cet opus. Chacun à collaborer d’une façon nouvelle, inédite et le groupe n’a jamais prit autant de temps en studio, de quoi présager un album très bon ! On ne change pas les habitudes, le nom du groupe ainsi que le titre de l’album sont positionnés en haut à gauche, comme pour les huit précédents, tout en étant parfaitement lisible. La pochette reste simple, de par le dessin, mais aussi le message passé et les couleurs choisies, ce qui contraste totalement avec le titre de celui-ci qui peut être interprété de bien des manières différentes.

Guardians nous propose des titres efficaces. Il débute avec The Narrative, un titre parfaitement choisit pour introduire cette nouvelle histoire et quelques nouveautés légères. Car oui, August Burns Red, ne se risque pas beaucoup avec leur nouveaux titres et on ne va pas s’en plaindre, ils font parfaitement le boulot. Mais quelques surprises seraient les bienvenue. Et ce n’est pas avec Bones que cela va changer. La brutalité du morceau fait clairement plaisir, composé de nombreux solo, il sait répondre aux demandes des fans, car c’est un titre typiquement ABR. Paramount se différencie légèrement grâce à la présence de chœur, en total opposition aux nombreux breakdown qui peuplent ce titre. On part malgré tout sur quelque chose d’assez mélodique.

 

 

On fait place à Defender, déjà connu par les fans car il s’agit du premier morceau partagé par le groupe. Le clip nous offre quelque chose de différent et d’assez nouveau, car il s’agit d’une bande dessinée, réalisé par Dan Fusselman. L’originalité est donc présente, mais uniquement pour le visuel… Un morceau qui prendra certainement une grande place en live de par son refrain entraînant et facile à retenir. Arrive l’un des moments douceurs de cet album, avec Lighthouse qui sera beaucoup porté sur le côté mélodique. Des solos qui laisse une belle place à la basse, on se sent bercer par ABR et cela fait du bien. Dismembered Memory et Ties That Blind sont deux morceaux assez similaire, ils peuvent être vu comme le cœur de Guardians. On garde des morceaux bien ficelés, qui ne change pas tellement, ce qui est un peu la ligne de conduite de l’album. Le groupe nous donne notre dose de breakdown, de batterie destructrice, ces morceaux vont très bien rendre en live.  Bloodletter reste dans la même branche, et tout comme Defender, le refrain prend une place importante qui va certainement faire des ravages.

On continue avec le dernier bloc de l’album. Extinct By Instinct va se démarquer de par son breakdown beaucoup plus long et plus violent que l’on rencontre en plein milieu du titre. J’aurai apprécier avoir plus de morceaux de ce style dans cet album, qui reste assez plat malgré tout. Si on doute encore du jeu du batteur d’ABR, Empty Heaven enlèvera tout nos doutes. Ce morceau est également puissant et surtout très classique dans ce genre musical, mais autant réaliser quelque chose qui fonctionne plutôt que de se tromper lamentablement et de décevoir les fans.. La fin arrive avec Three Fountains, qui nous propose une note positive, ce qui reste assez rare pour le groupe. La mélodie nous reste en tête et on ressent pas mal d’émotions. A choisir, c’est certainement mon morceau préféré de cet album, il est doux, calme avant de laisser place à une tempête modérée.

August Burns Red ne se mouille pas beaucoup avec Guardians. Ils gardent une ligne de conduite similaire aux albums précédents. Si on peut penser qu’il s’agit d’un bon moyen pour ne pas décevoir les fans, cela peut vite se retourner contre eux, à défaut de nouveautés.. J’ai apprécié mon écoute mais cet album ne prendra pas une grande place dans ma playlist. On note quand même la grande maîtrise des instruments et de la voix, d’une certaine recherche pour quelques titres mais cela n’aura pas suffit à me convaincre totalement.

Tracklist :

The Narrative
Bones
Paramount
Defender
Lighthouse
Dismembered Memory
Ties That Bind
Bloodletter
Extinct By Instinct
Empty Heaven
Three Fountains

Gloomy

Totalement dingue de metalcore, de pizza et de Red Bull.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *